L'armée irakienne a tué près de 1.000 djihadistes à Mossoul

le
0
    BARTELLA, Irak, 28 novembre (Reuters) - Les forces spéciales 
irakiennes qui affrontent le groupe Etat islamique dans l'est de 
Mossoul ont tué près de 1.000 djihadistes mais le rythme des 
combats a diminué, l'ennemi, très mobile, se cachant parmi la 
population civile, a déclaré l'un des commandants des unités 
d'élite irakiennes, le général Abdoul Ghani al Assadi. 
    Six semaines après le début des opérations pour libérer la 
grande ville du nord de l'Irak, les forces irakiennes ont repris 
près de la moitié de la partie orientale, affrontant quartier 
après quartier les snipers, les kamikazes et les voitures 
piégées. 
    La "division d'or", unité d'élite de l'armée, a pénétré dans 
la partie orientale de Mossoul, tandis que le reste de l'armée, 
la police fédérale et les peshmergas (combattants kurdes) 
encerclent la ville au nord et au sud, et que les miliciens 
chiites s'efforcent de parachever l'encerclement à l'est comme à 
l'ouest. 
    "La progression était plus rapide au début. La raison à 
cela, c'est qu'alors, nous étions engagés dans des secteurs 
inhabités", a déclaré à Reuters le général Abdoul Ghani al 
Assadi, à Bartella, dans les faubourgs de Mossoul. 
    "Nous avons atteint les zones d'habitation. Se pose la 
question de la protection des civils", ajoute-t-il. 
    Selon lui, 990 djihadistes ont été tués jusqu'à présent dans 
les affrontements dans l'est de Mossoul. Le général n'a pas dit 
en revanche à combien d'hommes s'élevaient les pertes de 
l'armée. 
    "Nous avons dû modifier nos plans, en partie du fait de la 
nature changeante de l'ennemi(...). Daech (l'EI) n'est pas basé 
en un lieu mais se déplace", continue-t-il. "Avec les chars, ça 
ne marche pas, ici. L'artillerie n'est pas efficace. Les avions 
de la coalition et l'armée de l'air (irakienne) n'ont pas les 
coudées franches, à cause des civils". 
    Les autorités irakiennes ont demandé aux civils dans Mossoul 
de rester chez eux durant l'offensive. Plus d'un million de 
personnes se trouveraient toujours dans la ville, qui est le 
plus gros bastion urbain encore tenu par l'EI dans le nord de 
l'Irak. 
 
 (Patrick Markey et Ulf Laessing; Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant