L'armée française contrôle l'aéroport de Kidal, au Mali

le
3
L?ARMÉE FRANÇAISE CONTRÔLE L?AÉROPORT DE LA VILLE MALIENNE DE KIDAL
L?ARMÉE FRANÇAISE CONTRÔLE L?AÉROPORT DE LA VILLE MALIENNE DE KIDAL

DAKAR/PARIS (Reuters) - Les forces françaises ont pris le contrôle de l'aéroport de Kidal, dernier bastion des groupes islamistes armés actifs dans le nord du Mali, ce qui permet à la France d'envisager à terme une réduction de son dispositif militaire.

"Nous avons repris l'aéroport de Kidal" dans la nuit de mardi à mercredi, a confirmé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

L'armée française reste toutefois bloquée à l'intérieur de l'aéroport en raison d'une tempête de sable, a-t-il ajouté.

Selon le président de l'assemblée régionale de Kidal, Haminy Belco Maiga, les forces françaises sont arrivées à Kidal mardi en fin de soirée et ont "déployé quatre avions et des hélicoptères."

Les forces françaises et maliennes ont repris ce week-end et lundi Gao et Tombouctou, plus au sud, ce qui leur a redonné le contrôle de l'ensemble de la boucle du Niger.

La reconquête de Kidal, dernière grande ville du Nord-Mali, va marquer un changement de nature des opérations, estime François Heisbourg, spécialiste des questions stratégiques.

"On va entrer dans une phase dominée par la stabilisation de la situation pour permettre le déploiement de la force africaine", a-t-il déclaré à Reuters. "C'est le moment le plus compliqué parce qu'on change de priorité et d'outil."

Jean-Yves Le Drian a pour sa part souligné que la situation à Kidal n'était pas la même que dans les villes du Sud.

"Nous sommes à Kidal dans une situation particulière parce que la population ethnique n'est pas la même que celle du Sud et nous avons fait en sorte d'avoir avec les représentants du monde touareg sur Kidal des relations de bonne intelligence", a-t-il dit.

LES DJIHADISTES "DÉSORGANISÉS"

Selon le ministre français des Affaires étrangères, cité par Le Parisien, la libération rapide de Gao et Tombouctou "faisait partie du plan" français, engagé le 11 janvier.

"Maintenant, c'est aux pays africains de prendre le relais", a confié Laurent Fabius dans l'avion qui l'emmenait à Addis Abeba pour une conférence des donateurs pour le Mali.

"Nous avons décidé de mettre les moyens en hommes et en matériel pour réussir cette mission et frapper fort", a-t-il expliqué. "Mais le dispositif français n'a pas vocation à être maintenu. Nous partirons rapidement."

Au moins 3.500 soldats français sont engagés au Mali.

Le dispositif sera complété dans les jours qui viennent avec l'arrivée de 600 hommes actuellement en route vers le Mali depuis Dakar et avec l'arrivée d'un sous-groupement blindé de 270 soldats, a indiqué Jean-Yves Le Drian.

Selon un bilan dressé mardi soir par le ministère français de la Défense, les contingents africains de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali) comptent pour leur part à ce stade 2.900 hommes, dont 1.400 Tchadiens, 500 Nigériens, 400 Togolais, 200 Nigérians, 150 Burkinabés, une centaine de Béninois et une cinquantaine de Sénégalais.

La Misma doit à terme mettre sur pied une force de quatre bataillons de 500 hommes chacun, à quoi s'ajouteront les appuis et soutiens associés.

Laurent Fabius estime que les djihadistes, stoppés dès les premières heures de l'opération "Serval", il y a 19 jours, dans leur tentative de percée vers la capitale, Bamako, ont subi de lourdes pertes et sont "désorganisés" et "très atteints".

"Ils savent que nous pouvons écouter leurs moyens de communication, ce qui limite leur capacité de réaction", a ajouté le chef de la diplomatie française, selon Le Parisien.

"VIVE LA FRANCE"

Kidal est situé à 1.500 km au nord-ouest de Bamako, non loin de la frontière algérienne et au pied d'un massif montagneux, refuge du groupe islamiste touareg malien Ansar Dine.

Les combattants touareg d'obédience laïque du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) avaient annoncé lundi avoir pris le contrôle de la ville.

"Les troupes françaises ont été très bien accueillies par la population de Kidal et le MNLA", a dit à Reuters un porte-parole de ce mouvement à Paris, Moussa Ag Assarid. "Elles ont été accueillies sous les cris de 'vive l'Azawad', 'vive la France'."

Il a assuré qu'il y avait une "coordination" entre le MNLA et les troupes françaises, qui sont, selon lui, entrées dans Kidal. "Mais c'est le MNLA qui contrôle et sécurise la ville", a ajouté Moussa Ag Assarid.

Le MNLA, a-t-il assuré, est prêt à discuter avec Bamako pour trouver une "solution politique".

"Nous demandons l'autodétermination (...) Ce sont des négociations qui vont déterminer à quel niveau on peut aller", a ajouté le porte-parole du MNLA, selon qui le mouvement est en contact avec les autorités maliennes par l'intermédiaire du médiateur de la Cédéao, le président du Burkina-Faso Blaise Compaoré.

Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot, a appelé mercredi à l'ouverture rapide de cette négociation.

"Les autorités maliennes doivent (...) engager sans plus attendre des discussions avec les représentants légitimes des populations du Nord (élus locaux, société civile) et les groupes armés non terroristes reconnaissant l'intégrité du Mali", a-t-il dit. "Seul un dialogue Nord-Sud permettra de préparer le retour de l'Etat malien dans le Nord du pays."

David Lewis à Dakar, Richard Valdmanis à Douentza, Mali, Emmanuel Jarry et John Irish à Paris, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mercredi 30 jan 2013 à 21:47

    .../... 6) C'est la plus grosse opération que la France mène seule depuis ... la guerre d'Algérie ! Donc BRAVO l'armée, et MERCI à tous les gars qui sont sur le terrain, avec une mention spéciale pour Damien Boiteux, le héros qui a réussi à ramener à bon port sa "Gazelle" avant de succomber à ses blessures.

  • knbskin le mercredi 30 jan 2013 à 21:39

    .../... 3) Nous avons commencé l'opération il y a 18 jours et environ 3 500 hommes sont sur le terrain avec armes et bagages ; 4) En 18 jours, nos troupes se sont déployées sur des distancse de l'ordre du millier de kilomètres, en opérations ; 5) Le 2e REP et le 17 RGP se sont mêem offert, cerise sur le gâteau, un largage opérationnel, le premier depuis Kolwezi en 1978 ! .../...

  • knbskin le mercredi 30 jan 2013 à 21:35

    Cette opération est tout à fait extraordinaire, quoi que l'on puisse penser des raisons politiques pertinentes ou non de l'opération ... 1) Ca commece par le premier hélico qui ouvre le feu quelques hueres après l'ordre de l'Elysée ; 2) L'Armée de l'Air bombarde des cibles au Mali à partir de St Dizier : ça fait 3 000 km ! REcord sans doute toutes catégories de l'Armée de l'air ! .../...