L'armée égyptienne pousse Morsi à lâcher du lest

le
0
Le chef de l'État islamiste a renoncé samedi à élargir ses pouvoirs.

Les forces de sécurité égyptiennes ont renforcé les barrages sur les avenues qui mènent au palais présidentiel d'Héliopolis. L'avenue Margani a été bloquée par un rempart fait de conteneurs soudés entre eux à la faveur de la nuit. Les autres rues sont fermées par des cubes de béton empilés, ou des chevaux de frise. Derrière ces fortifications, les chars et les soldats de la garde républicaine sont alignés comme des Playmobil. Devant, les manifestants continuent de demander de façon confuse le report du référendum constitutionnel ou, plus simplement, le départ du président Mohammed Morsi.

Moins de deux ans après la révolution égyptienne, et six mois après l'élection de Morsi à la présidence, les Frères musulmans se retrouvent aux prises avec la rue égyptienne et sont à leur tour obligés de déployer des chars face à la foule.

Les murs du palais, extravagante folie orientaliste qui ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant