L'armée des ombres .

le
0
L'armée des ombres .
L'armée des ombres .

A l'heure où Clément Chantôme (250 matches pour le PSG) s'éloigne du PSG et que le Parc des Princes s'apprête à accueillir le Rennais Sylvain Armand (380 matches dans la capitale), il est temps de rendre hommage à une espèce qui est en train de disparaître du club de la Porte de Saint-Cloud : celle des tauliers de l'ombre. Oui, certains mecs n'aimaient pas la lumière. Ou inversement.

  • Le maître de l'ombre : Jean-Marc Pilorget Le monde est cruel. Limite injuste. Dans toutes les équipes historiques du PSG, les dream team que l'on couche régulièrement durant les anniversaires du club, le CV de Jean-Marc Pilorget n'est jamais mis sur le haut de la pile. Son nom n'est d'ailleurs quasiment jamais évoqué. On parle pourtant du joueur ayant joué le plus de matches avec la liquette parisienne sur les épaules : 435 matches en treize ans. Une longévité qui mérite le respect. D'un naturel discret, le défenseur aura tout connu dans la capitale : les débuts en D1 à 17 ans, la victoire en Coupe de France en 1982, les premières aventures européennes du club mais aussi des désillusions terribles. Comme ce maudit retour de match du 17 décembre 1983 ou, après une rencontre face à Laval disputée au Parc des Princes, sa voiture sort de route. Fracture ouverte du col du fémur et 18 mois sur la touche. L'homme reviendra en 1986. Pile pour le premier titre de champion de l'histoire du club. Le PSG n'aurait pas pu l'être sans lui. C'était écrit. Une fois les crampons raccrochés, l'homme n'intègrera jamais l'organigramme du club. Jamais. Son record est comme celui de Just Fontaine. Il ne va pas tomber demain...



  • Les fidèles lieutenants : Pierre Ducrocq et Edouard Cissé Ducrocq et Cissé. Pierre et Edouard. Deux potes. Deux gamins issus de la formation et qui pèsent, à eux deux, 407 matches dans la capitale. 148 pour Ducrocq, 259 pour Cissé. Plus âgé, Ducrocq débarque dans l'équipe fanion de Paname en 1995 lors d'un match de Coupe de la Ligue face à Lyon. Le milieu de terrain est présenté comme le digne successeur de Luis Fernandez. Même poste, même rage, même grinta. En 1998, à 22 ans, il s'installe dans l'entrejeu d'une équipe qui souffre mais qui braque deux Coupes nationales. Toujours là pour aller au combat pour son club de cœur, le jouer devra se faire une raison quand, en 2001, celui qui l'avait pourtant lancé dans le grand bain (Luis Fernandez) lui annonce qu'il ne compte pas sur lui... Aujourd'hui, il commente tous les matches du PSG sur France Bleu...





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant