L'armée chinoise reconnaît qu'elle ne respecte pas bien la loi

le , mis à jour à 05:55
0

PEKIN, 5 mai (Reuters) - L'armée chinoise reconnaît qu'elle ne respecte pas encore complètement les textes juridiques qui la régissent dans un article publié mardi par son organe de presse officiel. L'éradication de la corruption dans les rangs de la plus grande armée du monde est une des priorités du président chinois Xi Jinping. Le numéro un chinois est aussi le président de la Commission militaire centrale qui contrôle l'armée et ses 2,3 millions de d'hommes et de femmes. "Maintenant, les lois et règlements de notre armée ont été créés, mais le concept d'Etat de droit et le changement des conduites doivent encore être achevés", lit-on dans un commentaire en première page du quotidien de l'Armée populaire de libération (APL). Des blocages empêchent la modernisation de l'armée. Plus l'armée devient avancée, plus elle doit respecter le droit, ajoute le journal. Le département de la logistique est notamment un problème pour l'APL. Le général Gu Junshan, qui en a été le vice-directeur, est soupçonné d'avoir vendu des centaines de positions. Il a été inculpé de corruption l'an dernier. Les commissions compétentes du Parti communiste, celles qui exercent le véritable contrôle de l'armée, doivent éviter les situations où les décisions sont prises par une seule personne et vérifier que les décisions qu'elles prennent sont conformes à la législation, ajoute le quotidien. Selon des responsables de l'APL, à la retraite et en services, la corruption est si implantée au sein de l'armée qu'elle est susceptible d'empêcher le pays de mener une guerre efficacement. Des dizaines de cadres de l'institution ont été démis de leurs fonctions. (Ben Blanchard; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant