L'armée avance à Mossoul, mais les victimes civiles augmentent

le
0
    BAGDAD, 10 janvier (Reuters) - Les forces irakiennes ont 
pris deux nouveaux quartiers de Mossoul mais leur progression 
est ralentie par la tactique de l'Etat islamique qui utilise des 
civils comme boucliers humains, a déclaré mardi un porte-parole 
de l'armée.  
    Les Nations unies font état d'un nombre important de civils 
admis dans les hôpitaux de la région depuis que les combats ont 
repris il y a deux semaines dans le dernier grand bastion de 
l'organisation djihadiste en Irak.  
    L'avancée des forces spéciales dans l'est et le nord-est de 
la métropole du nord de l'Irak s'est accélérée et les unités du 
Service de contre-terrorisme (CTS) ont atteint pour la première 
fois ce week-end les rives du Tigre, qui coupe Mossoul en deux 
du nord au sud. 
    Mais les affrontements dans le sud-est sont plus difficiles. 
    "Le problème est que l'EI se cache parmi les civils, c'est 
pourquoi notre progression est lente et très prudente", a 
expliqué le lieutenant-colonel Abdel Ami al Mohamedaoui, 
porte-parole des unités de réaction rapide de la police 
fédérale.  
    Ces forces spéciales ainsi que l'armée régulière ont pris 
les quartiers de Palestine et Sumer au cours des dernières 24 
heures mais les djihadistes tirent sur les habitants qui tentent 
de fuir, a-t-il ajouté.  
    "Quand elles voient arriver les forces irakiennes, les 
familles fuient les zones contrôlées par Daech en brandissant 
des drapeaux blancs mais Daech les bombardent au mortier ou au 
coktail Molotov, et tire sur elles", a dit l'officier.  
    "Dès que l'EI se retire d'un quartier, les djihadistes 
bombardent à l'aveugle et ce sont de violents bombardements." 
    Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des 
Nations unies (OCHA) a déclaré que plus de 1.500 personnes 
avaient été hospitalisées dans les villes contrôlées par les 
Kurdes à l'extérieur de Mossoul au cours des deux dernières 
semaines.  
    L'opération de reconquête de Mossoul, qui mobilise quelque 
100.000 hommes, a été lancée le 17 octobre dernier. L'EI 
contrôle la ville depuis juin 2014.  
 
 (John Davison; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant