L'armée allemande s'inquiète de la présence d'islamistes dans ses rangs

le
0
    BERLIN, 5 novembre (Reuters) - L'armée allemande va procéder 
à des vérifications auprès de la totalité de ses recrues à la 
suite d'information du contre-espionnage militaire (MAD) sur la 
présence d'islamistes dans les rangs de la Bundeswehr, rapporte 
samedi le groupe de médias Funke. 
    Selon Funke, le Militärischer Abschirmdienst a identifié 20 
islamistes parmi les soldats de l'armée allemande. Ce chiffre a 
été confirmé par un porte-parole du MAD, qui a ajouté que 60 
autres cas potentiels intéressaient le contre-espionnage. 
    Ces derniers temps, a poursuivi le porte-parole du MAD, les 
bureaux de recrutement de l'armée allemande ont enregistré un 
certain nombre de demandes d'informations émanant de candidats 
qui se renseignent sur les moyens de suivre pendant quelques 
mois seulement une formation militaire intensive, notamment au 
maniement des armes. 
    D'après Funke, un projet de loi sera soumis dans les 
prochaines semaines au Parlement pour fixer un cadre à des 
investigations poussées. L'objectif est de contrer les 
tentatives d'infiltration de membres de l'organisation 
djihadiste Etat islamique (EI) au sein des forces armées pour 
qu'ils bénéficient d'une instruction militaire.  
    Le contre-espionnage militaire s'inquiète notamment d'une 
note postée en juillet 2014 sur internet dans laquelle l'EI 
appelle les volontaires passés par l'armée à se rallier à sa 
lutte. D'autres messages émanant du groupe djihadiste incitent 
ses partisans à se familiariser avec le maniement des armes. 
    Les services allemands de sécurité sont en état d'alerte 
renforcée depuis les deux attaques revendiquées par l'EI l'été 
dernier en Bavière. 
    La police allemande a arrêté cette semaine à Berlin un 
Syrien soupçonné d'appartenance à une organisation terroriste 
étrangère.   
    Le 10 octobre, un autre réfugié syrien soupçonné de projeter 
un attentat contre l'un des aéroports de Berlin a été interpellé 
dans le land de Saxe. Djaber Albakr s'est suicidé deux jours 
après son arrestation dans sa cellule de la prison de Leipzig. 
  
 
 (Sabine Siebold; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant