L'Argentine trouve un accord historique avec les fonds "vautours"

le
1
Le gouvernement du président argentin Mauricio Macri fait la paix avec les fonds spéculatifs dits vautours. 
Le gouvernement du président argentin Mauricio Macri fait la paix avec les fonds spéculatifs dits vautours. 

Il n'aura fallu que trois mois - et un gros chèque ! - au nouveau président argentin pour trouver un accord avec les "vautours". Élu en novembre dernier, le libéral Mauricio Macri est parvenu à un accord historique aux États-Unis avec des fonds spéculatifs, notamment Elliott (NML Capital), qui s'empressait depuis des années de demander la mise sous embargo des avoirs argentins partout dans le monde. "C'est un très grand plaisir pour moi d'annoncer que la bataille vieille de 15 ans entre l'Argentine et Elliott Management, dirigé par Paul Singer, est en passe d'être résolue?», s'est félicité le médiateur américain Daniel Pollack dans un communiqué.

Les gouvernements de Nestor Kirchner (2003-2007) puis de sa femme Cristina (2007-2015) s'y refusaient depuis longtemps : l'Argentine a finalement accepté de payer la somme totale de 4,6 milliards de dollars aux fonds pour mettre fin à la longue bataille engagée après la faillite du pays en 2001. Quatre fonds spéculatifs, NML Capital, Aurelius Capital, Davidson Kempner et Bracebridge Capital, qui avaient racheté des titres de dette argentine à prix cassés dans l'espoir de spéculer, ont accepté l'offre de Buenos Aires. Elle prévoit le paiement initial de "75 % des sommes demandées" (soit une décote de 25 % sur les quelque 6 milliards réclamés, NDLR), et celui "d'autres sommes" et "divers frais de justice", a précisé Daniel Pollack. "C'est un pas de géant dans ce long contentieux,...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M917744 le mardi 1 mar 2016 à 13:15

    "Quatre fonds spéculatifs, NML Capital, Aurelius Capital, Davidson Kempner et Bracebridge Capital, qui avaient racheté des titres de dette argentine à prix cassés dans l'espoir de spéculer" tous est dit ils ont parié , ils ont perdu mais heureusement qu'un président libéral est arrivé au pouvoir pour leur rendre leur argent perdu