L'Argentine ne modifiera pas le remboursement de ses obligations

le
0
BUENOS AIRES NE MODIFIERA PAS LES MODALITÉS DE REMBOURSEMENT DE SES OBLIGATIONS
BUENOS AIRES NE MODIFIERA PAS LES MODALITÉS DE REMBOURSEMENT DE SES OBLIGATIONS

BUENOS AIRES (Reuters) - L'Argentine ne modifiera pas les modalités de remboursement de ses obligations, malgré sa condamnation en appel par la justice des Etats-Unis à rembourser plus d'un milliard de dollars, a annoncé dimanche Hernan Lorenzino, ministre argentin des Finances.

Un tribunal new-yorkais a confirmé vendredi la condamnation de l'Etat argentin à rembourser 1,33 milliard de dollars (994 millions d'euros) à des fonds spéculatifs qui avaient refusé de subir de lourdes décotes lors de la restructuration de sa dette en 2001.

"Nous allons continuer à payer comme nous l'avons fait jusqu'à maintenant, selon les mêmes conditions", a déclaré Hernan Lorenzino à l'agence Telam, accusant la décision de justice de tenter de "ramener le pays en 2001".

L'affaire jugée vendredi fait partie des retombées du défaut de l'Argentine sur 100 milliards de dollars de dettes en 2001. Lors de deux opérations de restructuration de la dette qui ont eu lieu ensuite, en 2005 et 2010, les créanciers détenant environ 93% des dettes ont été indemnisés à hauteur de 25% à 29% de leurs créances.

Les porteurs de titres qui ont rejeté l'offre d'indemnisation, emmenés par les fonds NML Capital et Aurelius Capital Management, réclament depuis un remboursement intégral.

En novembre de l'an dernier, un juge américain leur avait donné raison en ordonnant à Buenos Aires de déposer 1,33 milliard de dollars sur un compte bloqué et en interdisant le remboursement de tout autre créancier tant que les fonds n'auraient pas été payés. L'application de cette dernière décision pourrait donc déboucher sur un défaut de l'Argentine.

Brad Haynes; Marc Angrand et Julien Dury pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant