L'Argentine emprunte $16,5 milliards pour son retour sur les marchés

le
0
 (Actualisé avec résultats de l'adjudication) 
    par Davide Scigliuzzo et Paul Kilby 
    NEW YORK, 19 avril (IFR) - L'Argentine a parfaitement réussi 
son retour sur le marché international de la dette mardi en 
levant 16,5 milliards de dollars (14,53 milliards d'euros), un 
montant plus important que prévu, une opération qui a suscité 
une demande impressionnante de plus de 69 milliards.  
    Bannie des marchés pendant 15 ans après un défaut sur sa 
dette publique en 2001, l'Etat argentin est ainsi revenu par la 
grande porte dans le club des pays emprunteurs, en s'assurant 
l'un des carnets d'ordres les plus épais jamais enregistrés par 
un pays émergent.  
    Cela a permis à Buenos Aires de fixer pour les quatre 
tranches mises en vente des prix d'émission situés dans le bas 
de la fourchette indicative.  
    Au final, le Trésor a placé pour 6,5 milliards de dollars de 
titres à dix ans avec un rendement de 7,5%, 2,75 milliards à 
trois ans à 6,25%, 4,5 milliards à cinq ans à 6,875% et 2,75 
milliards à trente ans avec un coupon de 7,625%.  
    Deutsche Bank, HSBC, JPMorgan Chase et Santander sont 
co-chefs de file de l'émission, BBVA et Citigroup étant teneurs 
de livre conjoints. 
    Ce retour sur le marché obligataire était l'une des 
priorités du nouveau président argentin Mauricio Macri, arrivé 
au pouvoir en décembre et qui a rapidement négocié un compromis 
avec les fonds d'investissement américains Elliott Management et 
Aurelius Capital, qui avaient refusé les conditions de 
restructuration de la dette publique après 2001. 
    Ce compromis a levé les obstacles à la fin des procédures 
judiciaires en cours aux Etats-Unis, qui tenaient l'Etat 
argentin à l'écart du marché de la dette souveraine. 
    Une partie du produit de l'émission ira aux fonds 
d'investissement réfractaires, qui récupèreront 75% environ des 
sommes qu'ils réclamaient. 
    Mais il restera suffisamment au gouvernement argentin pour 
financer le déficit budgétaire pour tenter de redresser 
l'économie argentine, toujours marquée par une inflation élevée. 
    "Je pense personnellement que les gens sous-estiment les 
difficultés à venir et l'étroitesse de la fenêtre d'opportunité 
dont dispose ce gouvernement", a commenté mardi un investisseur 
à New York.  
    
 
 (Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux