L'Argentine dépose des fonds, la justice US bloque le paiement

le
0
LA TENSION MONTE DANS LE BRAS DE FER AUTOUR DE LA DETTE ARGENTINE
LA TENSION MONTE DANS LE BRAS DE FER AUTOUR DE LA DETTE ARGENTINE

par Hugh Bronstein

BUENOS AIRES (Reuters) - L'Argentine a déposé les fonds pour le prochain versement nécessaire pour éviter un défaut de paiement sur sa dette souveraine restructurée, mais un tribunal fédéral américain a décidé jeudi de bloquer ce versement.

Ces deux décisions ont fait monter la pression dans le bras de fer judiciaire de 12 ans entre Buenos Aires et des créanciers qui ont refusé de participer aux deux opérations de restructuration de sa dette après le défaut retentissant de 2002 sur quelque 100 milliards de dollars d'obligations d'Etat.

Il reste à l'Argentine le mois de juillet pour négocier avec ses créanciers récalcitrants avant de se retrouver en situation de défaut technique sur sa dette. La prochaine échéance est due lundi mais, compte tenu du blocage des fonds par la justice américaine, Buenos Aires disposera d'un délai de grâce de 30 jours pour arriver à un compromis avec ses créanciers.

Le ministre de l'Economie Axel Kicillof a fait savoir que l'Argentine devait payer lundi 832 millions de dollars d'intérêts sur ses obligations restructurées.

"Sur ce total, 539 millions de dollars ont été déposés dans les comptes (...) de la Bank of New York Mellon à la Banque centrale argentine", a-t-il dit. "Avec cette action, nous ratifions notre volonté de payer."

"Nous affirmons notre engagement à honorer notre dette vis-à-vis de tous nos créanciers", a-t-il ajouté.

Mais afin de payer les sommes dues aux détenteurs des obligations restructurées du pays, l'Argentine avait besoin qu'un sursis lui soit accordé par le juge de district Thomas Griesa à New York. Il a rejeté la demande de sursis de l'Argentine environ une heure après l'annonce par Axel Kicillof que des fonds avaient été déposés pour assurer les versements.

Les marchés financiers argentins n'ont perdu que peu de terrain après l'annonce du rejet de la demande de sursis par le juge Griesa, les investisseurs pariant sur le fait que le pays mettra à profit son délai de grâce de 30 jours pour conclure un accord avec ses créanciers récalcitrants.

Le juge Griesa, qui a nommé un médiateur pour superviser les négociations, a ordonné à l'Argentine de payer 1,33 milliard de dollars d'intérêt, plus les intérêts courus, au moment où le pays avait remboursé les 93% de détenteurs d'obligations qui avaient accepté les restructurations de 2005 et 2010.

L'Argentine lui avait demandé une suspension de ce jugement afin de pouvoir payer les intérêts dus lundi.

(Avec Eliana Raszewski, Alexandra Ulmer et Jorge Otaola, Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux