L'Argentine bat tranquillement la Jamaïque

le
0
L'Argentine bat tranquillement la Jamaïque
L'Argentine bat tranquillement la Jamaïque

Déjà qualifiée, l'Argentine s'est promenée face à la Jamaïque. Messi a fêté sa centième sélection, Pastore son anniversaire, et Higuaín sa titularisation. Les hommes de Tata Martino attendent désormais leur adversaire pour le quart de finale de la Copa América.

Argentine 1-0 Jamaïque

Buts : Higuaín (11è) pour l'Argentine

17 août 2005, en Hongrie. À la soixante-troisième minute, le jeune Lionel Messi remplace Lisandro López. Il n'est pas encore la Pulga, ni Leo, mais il se murmure du coté de Barcelone que ce petit homme pourrait changer la face du football. En quelques secondes, Messi voit rouge. Sa première sélection albiceleste est un fiasco. Quatre-vingt dix-neuf rencontres plus tard, les murmures se sont transformées en tumultes d'adulation, chaque fois que le gaucher emmène sa balle pour se défaire des impétueux qui osent se mettre sur son chemin. Désormais orné du brassard de capitaine de sa patrie, Leo Messi a rejoint le cénacle très fermé des centenaires, au coté de Mascherano, Zanetti ou encore Ayala. Bob Marley citait l'Apocalypse, affirmant que "l'herbe est la guérison des nations". C'est sur la pelouse du stade de Viña del Mar que Messi doit continuer l'entreprise de rémission d'une nation, encore sous le choc du cataclysme provoqué par Mario Götze en juillet dernier. Mais c'est Higuaín et Di María qui s'occuperont de rendre attractif un match au scénario déjà écrit.

Di María se démène, Miller aussi


Devant 25.000 personnes venues à l'Estadio Sausalito, non pour sentir les effluves de l'herbe jamaïcaine, mais plutôt pour témoigner de l'énième avènement du meilleur joueur du monde, ce-dernier commence son récital par une ouverture sur Higuaín, qui rate sa frappe. L'autre vedette de cette fin d'après-midi chilienne se nomme Javier Pastore. 26 ans aujourd'hui, et la responsabilité d'être le témoin entre une Argentine passive et une sélection qui se veut désormais portée sur l'esthétique. Mais c'est bien Di María qui se charge rapidement de casser les lignes de la forteresse jamaïcaine. Sur un centre de l'ailier de Manchester United, Higuaín rate sa tête, gêné par la sortie du gardien des Reggae Boyz. Auparavant, le natif de Brest avait déjà gâché une grosse occasion. À la dixième minute, l'attaquant de Naples qui remplace un Agüero conservé pour le quart de finale, pivote sur lui-même et place un plat du pied qui trompe Miller, gardien bien plus facile à battre que le cauchemar allemand de l'ancien buteur du Real Madrid.





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant