L'argent-métal peut-il briller comme l'or ?

le
0
Le Revenu Hebdo no 1379. (© Le Revenu)
Le Revenu Hebdo no 1379. (© Le Revenu)

En avril, le réveil soudain des prix de l’once a suscité un regain d’intérêt pour l’argent-métal. À cette date, le nombre de contrats à terme négociés par les investisseurs sur le marché de Shan­­ghai se situait à son plus haut niveau des douze derniers mois. Et UBS a constaté, ce mois-là, le plus gros volume de souscriptions dans des parts de trackers répliquant les évolutions de l’argent depuis ces six dernières années.

En dépit de ce sursaut, le prix de l’once n’en reste pas moins à environ 65% au-dessous de son plus-haut historique de 48,44 dollars, touché en avril 2011. Et, comme le montre le graphique comparant les prix de l’or et de l’argent depuis 2010, l’once d’argent a connu une envolée spectaculaire en 2011, mais n’a cessé depuis de se dégonfler. Moralité : sur longue période, le placement-or donne moins de sueurs froides. L’éclatement de la bulle spéculative des années quatre-vingt est là pour le rappeler.

Applications dans l’industrie

L’argent-métal doit-il néanmoins devenir un actif de diversification d’un portefeuille boursier, comme peuvent l’être les placements-or (pièces, lingots, actions de groupes miniers, trackers, etc.) ? La question mérite réflexion. En effet, à la différence de l’or, principalement utilisé en bijouterie-joaillerie, plus de la moitié de l’argent est utilisée en production industrielle : circuits imprimés, interrupteurs,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant