L'Arcep va procéder à des contrôles du réseau Free Mobile

le
1

PARIS (Reuters) - L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a annoncé vendredi qu'elle allait procéder à des contrôles du réseau de Free Mobile, qui est au coeur d'une polémique depuis le lancement du nouvel opérateur de téléphonie mobile.

Le gendarme des télécoms a déjà effectué un contrôle du réseau de l'opérateur le mois dernier, qui lui a permis de constater qu'il respectait ses obligations de couverture de la population, ouvrant la voie à son lancement commercial.

Depuis ses débuts le 10 janvier, le dernier né des opérateurs mobiles est cependant la cible d'accusations visant le fonctionnement de son réseau, la filiale d'Iliad étant notamment soupçonnée de désactiver une partie de ses antennes pour se reposer sur le réseau d'Orange avec lequel il a conclu un accord d'itinérance.

Evoquant "un souci de transparence et de sérénité", l'Arcep indique avoir demandé à Free "d'actualiser les informations relatives à l'état de son réseau, incluant notamment une liste des sites installés, des sites effectivement activés, et des motifs qui auraient pu la conduire, le cas échéant, à l'extinction de certaines stations de son réseau".

"En tenant compte des éléments fournis, l'Arcep engagera une vérification sur le terrain, selon la même méthode que celle utilisée pour les précédents contrôles", ajoute l'autorité dans un communiqué.

Les résultats de ces vérifications seront rendus publics.

L'Arcep précise avoir reçu une seule demande d'enquête émanant des syndicats CFE-CGC et Unsa des opérateurs de téléphonie mobile, mais elle n'a été saisie d'aucune plainte officielle émanant de l'un des opérateurs concurrents de Free Mobile.

"Aucun élément concret n'a été porté à la connaissance de l'Autorité à l'appui des faits allégués par les médias et repris par le courrier des syndicats", ajoute l'institution.

Free s'est dit satisfait de la décision de l'Arcep.

"C'est dommage que nous en soyons arrivés là après que certains de nos concurrents ont semé le doute sur notre réseau", a dit à Reuters Maxime Lombardini, directeur général de la maison mère Iliad.

"Mais c'est une bonne chose que le régulateur vienne inspecter nos installations afin d'apporter des éléments factuels pour mettre fin à la polémique", a-t-il ajouté.

Interrogé mercredi par les membres de la commission économique de l'Assemblée nationale, le fondateur d'Iliad Xavier Niel avait balayé les accusations visant le fonctionnement du réseau de Free Mobile en assurant que l'opérateur mobile respectait ses obligations de couverture de la population.

Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Orange37 le vendredi 27 jan 2012 à 17:00

    Encore une belle réussite de l'Arcep, depuis que l'on connaît Free et ses méthodes. L'Arcep n'a pas encore compris...