L'arbre et la truffe : une liaison vitale

le
0
Des découvertes pourraient permettre d'assurer une plus grande régularité de la production de truffe. » La truffe fragilisée par les sécheresses

La truffe a toujours donné beaucoup de fil à retordre aux scientifiques. À la fin des années 1990, ils croyaient que ce champignon n'avait pas de reproduction sexuelle. La truffe était autofertile comme beaucoup d'autres espèces de champignons, ce qui expliquait sa faible variabilité génétique. En fait, le séquençage du génome de la truffe noire et les performances des nouveaux séquenceurs à haut débit ont montré que c'était faux: l'espèce a une reproduction sexuée, il faut un mâle et une femelle. Cette découverte et d'autres qui se profilent à l'horizon auront bientôt des applications pour la trufficulture. Elles pourraient permettre d'assurer une plus grande régularité de la production. L'avenir de la truffe n'est pas aussi sombre qu'on le répète volontiers.

Publié en 2010 dans la revue Nature, le séquença...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant