L'Arabie saoudite, royaume malade

le
0
Le roi Abdallah, ici en juin 2014, a été hospitalisé le 31 décembre dernier en raison d'une pneumonie.
Le roi Abdallah, ici en juin 2014, a été hospitalisé le 31 décembre dernier en raison d'une pneumonie.

La gérontocratie saoudienne vacille. Le roi Abdallah d'Arabie saoudite, âgé de 90 ans, a été hospitalisé le 31 décembre en raison d'une pneumonie. La dégradation de son état de santé déjà chancelant - le souverain a subi de nombreuses opérations au cours des dernières années - a même nécessité la mise en place d'un tube pour l'aider à respirer. Et a, inévitablement, relancé le débat explosif sur sa succession, à l'heure où l'Arabie saoudite est directement menacée par la montée en puissance de l'organisation État islamique (EI). Officiellement, c'est le prince héritier Salmane Ben Abdel Aziz, demi-frère du monarque, âgé lui-même de 77 ans, qui est appelé à lui succéder."Le système de succession en Arabie Saoudite est adelphique, contrairement à l'Europe où il demeure patrilinéaire", souligne Nabil Mouline*, grand spécialiste de l'Arabie saoudite au CNRS et à Stanford. À la différence des monarchies "classiques", où le trône se transmet verticalement de père en fils, le règne saoudien passe de frère en frère d'une même génération, à la mort de chacun d'entre eux, selon un ordre préétabli. Lorsque le dernier membre d'une fratrie décède, le relais est alors passé à la génération suivante. "Chaque transition générationnelle donne lieu à des guerres fratricides acharnées où c'est le prince le plus fort qui l'emporte", souligne Nabil Mouline. Lutte de factionsÀ sa mort en 1953, Abdelaziz al-Saoud,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant