L'apprentissage de Guigou sur les routes du Vaucluse

le
0
LEUR PREMIÈRE CAMPAGNE - Alors ministre de Mitterrand, l'énarque policée a fait ses premiers pas sur la scène électorale aux élections régionales de 1992 en Paca, sur les listes conduites par Tapie.

François Mitterrand, dont elle avait été la conseillère, lui demandait depuis longtemps: «Pourquoi ne feriez-vous pas de politique?» Janvier 1992: soutenue par l'Élysée, la ministre déléguée aux Affaires européennes, Élisabeth Guigou, est propulsée tête de liste de la majorité présidentielle dans le Vaucluse pour les régionales de mars 1992. Elle dame le pion au député-maire d'Avignon, le rocardien Guy Ravier, d'abord préféré par les socialistes locaux. Aujourd'hui, elle se défend de tout parachutage: «Les militants (non rocardiens, NDLR) voulaient une tête de liste connue. Ma belle-famille était installée à Apt depuis des siècles. Quant à mes parents, ils étaient dans le Gard, de l'autre côté du Rhône.»

La ministre installe sa permanence à Avignon et part à la conquête de ce département largement rural. Mitterrand lui glisse quelques conseils: «Faire de la politique, c'est parler aux gens...» Las. Cette énarque policée suscite quelques sa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant