L'application de rencontres gay Grindr passe sous pavillon chinois

le
0
L'application de rencontres gay Grindr passe sous pavillon chinois
L'application de rencontres gay Grindr passe sous pavillon chinois

La firme chinoise Kunlun Tech, spécialiste des jeux en ligne, a pris une participation majoritaire dans l'application de rencontres pour homosexuels Grindr, ont annoncé mardi les deux parties, alors même que l'homosexualité reste l'objet en Chine d'une très forte pression sociale.Grindr, qui se qualifie volontiers de "plus grand réseau mondial de rencontres pour hommes gays", revendique des millions d'utilisateurs pour son application de mise en relation, basée notamment sur la localisation.Fondé en 2009, Grindr a été un pionnier de la technologie permettant de se localiser par l'intermédiaire de son smartphone, pour trouver des partenaires potentiels en fonction de leur profil mais également de leur proximité géographique. Ce modèle a ensuite été copié par nombre d'autres sites de rencontres comme, par exemple, Tinder.Dans un message posté sur son blog, le PDG et fondateur de Grindr, Joel Simkhai, a indiqué que sa société "avait accepté de voir Kunlun Tech prendre une participation majoritaire" et que cette opération "représentait une énorme marque de confiance dans (sa) vision de connecter encore davantage les hommes homosexuels au monde qui les entoure".Kunlun Tech --l'un des plus importants créateurs et opérateurs de jeux en ligne en Chine-- a ultérieurement confirmé qu'il prenait une participation de 60% dans Grindr pour 93 millions de dollars, valorisant donc la firme californienne à quelque 155 millions de dollars.Si Grindr est déjà bien implanté en Chine, Kunlun Tech a suggéré qu'il était autant intéressé par sa spécialisation (les rencontres gays) que par ses innovantes technologies de networking."Cet investissement dans un réseau social spécialisé améliorera encore davantage le profil stratégique de l'entreprise sur le marché internet mondial", a-t-il assuré dans un communiqué.En retour, son expérience dans la gestion de jeux et autres produits en ligne pourrait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant