L'appel de Londres

le
0
L'appel de Londres
L'appel de Londres

Les considérations tactiques de cet Angleterre-France de ce soir à Wembley attendront demain matin. Le retour de Cabaye, la titularisation de Ben Arfa, le maintien de Sagna, Martial, Coman... Passons. Car le sportif s'efface forcément derrière la symbolique d'un match dont les enjeux sont ailleurs.

Fallait-il jouer cet Angleterre-France ? Non. On ne "joue" pas quand le cœur n'y est pas. Des deux côtés, chez les Bleus et même chez les Three Lions, la peine est trop immense. Lass Diarra a perdu sa cousine dans les attentats et la sœur d'Antoine Griezmann est une survivante miraculée du carnage du Bataclan. Le long confinement des Bleus à Clairefontaine a ensuite été plombé par le flux terrifiant d'images diffusées par les chaînes d'infos en continu. Et les deux déflagrations entendues pendant le France-Allemagne résonneront encore longtemps dans la tête de certains joueurs présents au Stade de France. De ce que l'on sait, les entraînements du camp français ont été légers à Clairefontaine et à Londres. Et puis la réalité angoissante se rappelle au quotidien des Bleus par des signes impitoyables. Leur existence est d'habitude constamment jalonnée par des acronymes sécurisants : FFF, PL, L1, PSG, OM, MU, le CFC de Canal +, les TAB. Depuis vendredi soir, d'autres sigles au caractère renforcé escortent l'équipe de France : SAMU, RAID, GIGN, PFP (pour Pray for Paris)…

L'autre match de ce soir, Allemagne-Pays-Bas (un grand classique européen), aura finalement bien lieu. Mais là aussi, "jouer" quand le cœur n'y est pas, s'avère délicat. Presque impossible. C'est en substance ce qu'a déclaré Joachim Löw, lui qui aurait souhaité multiplié les tests et qui a donc remisé les enjeux purement sportifs de la rencontre : "Ce match sera un message pour la liberté et la démocratie ainsi qu'un signe de solidarité avec nos amis français. Le résultat sera sans importance." Pour rappel, les joueurs de la Mannschaft terrorisés par les événements de vendredi soir (en plus de l'alerte à la bombe à leur hôtel l'après-midi) ont passé la nuit de samedi au Stade de France. Pour des raisons de sécurité, le Belgique-Espagne de ce soir a été carrément annulé. Voilà pour le tableau général qui, on le voit, n'accable pas seulement les Bleus, mais aussi les Anglais, les Allemands, les Italiens, les Belges...

Au paroxysme de l'affaire Benzema, passée soudainement vendredi soir au second plan, il fut rappelé avec fermeté les devoirs et servitudes auxquels tous ceux qui portent le maillot tricolore devaient s'astreindre. Mais on parlait là simplement de l'exigence de "discipline" et "…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant