L'appel au désistement lancé par Joly fait flop

le
1
La candidate écologiste a plaidé, lors de ses v?ux à la presse, pour un accord de désistement réciproque entre les principaux candidats de gauche et du centre à l'issue du premier tour. Une proposition qui est loin de faire l'unanimité. Avec une vidéo BFMTV

C'était il y a un mois et demi, une éternité semble-t-il. Invitée sur RTL, Eva Joly refusait de dire si elle appellerait à voter pour François Hollande à l'issue du premier tour, en cas de qualification du candidat socialiste. Fustigée par le PS, cette hésitation avait semé le trouble au sein même du parti écologiste. D'autant qu'elle s'ajoutait à de vives critiques à l'encontre des socialistes, qualifiés notamment de «marionnettes du lobby nucléaire».

Nouvelle année, nouvelle stratégie pour Eva Joly. Dans ses v½ux à la presse, prononcés jeudi à Paris, la candidate écologiste a concentré ses attaques sur une seule et unique cible: Nicolas Sarkozy, «le président des riches, des gaspillages et des mensonges» autour de l'écologie, de la gestion de la dette publique, du chômage et du pouvoir d'achat. Et d'attaquer frontalement le chef de l'Etat sur sa gestion du dossier SeaFrance - le plan gouvernemental étant qualifié d'«illusion» - et sur son projet

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8318121 le jeudi 5 jan 2012 à 17:21

    EVA tu commences à nous gonfler. Quand on se proclamme candidat à la présidence de la République on propose autre chose que d'abattre le Président en place. Ce genre de gamineries n'a jamais donné rien de bon. Au fait: la Norvège a besoin de toi.