L'appel à manifester de Copé indigne la gauche

le
0
Le PS voit dans les déclarations du secrétaire général de l'UMP des relents d'une droite «des années 1930».

À l'époque, ils prononçaient des sentences aussi martiales et définitives que: «Même si cette réforme était votée par le Parlement, son application serait extrêmement difficile, compte tenu de son rejet par la population.» Un autre surenchérissait: «Si la mobilisation atteint son objectif, le gouvernement ne pourra pas maintenir sa réforme en l'état.» Tels étaient les socialistes en 2010, et plus précisément Jean-Marc Ayrault et Benoît Hamon, respectivement patron des députés PS et porte-parole du parti, lorsqu'ils luttaient dans la rue contre la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy. Première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry s'était même dit particulièrement fière d'avoir ramené le PS «dans la rue».

Maintenant que les socialistes sont au pouvoir, le ton a pour le moins changé. Au point d'oublier qu'ils ont, peu ou prou, passé les c...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant