L'Apec s'engage à combattre toutes les formes de protectionnisme

le
0
    par Mitra Taj et Jeff Mason 
    LIMA, 21 novembre (Reuters) - Les chefs d'Etat et de 
gouvernement du forum de Coopération Asie-Pacifique (Apec) se 
sont engagés dimanche à combattre le protectionnisme et ont 
encouragé les Etats signataires du Partenariat transpacifique 
(TPP) à ne pas renoncer à sa mise en oeuvre.  
    "Nous réaffirmons notre engagement à maintenir nos marchés 
ouverts et à lutter contre toutes les formes de 
protectionnisme", disent-ils dans le communiqué final du 28e 
sommet qui se tenait à Lima.  
    Donald Trump, qui prendra ses fonctions de président des 
Etats-Unis le 20 janvier, s'est dit hostile au TPP, l'accord de 
libre échange signé par 12 pays, dont les Etats-Unis, mais pas 
encore ratifié. Il a également menacé d'imposer de lourds droits 
de douane aux produits en provenance de Chine et du Mexique. 
    Pour son dernier déplacement à l'étranger, le président 
américain sortant Barack Obama a déclaré qu'abandonner le TPP 
serait une erreur pour les Etats-Unis. 
    "Je pense que ne pas aller de l'avant affaiblirait notre 
position dans la région et notre capacité à forger les règles du 
commerce mondial d'une manière qui reflète nos valeurs et nos 
intérêts", a déclaré le président démocrate lors de la 
conférence de presse donnée en clôture du sommet. 
     
    VERSION ALTERNATIVE 
    La Chine, qui n'est pas partie au TPP, cherche à promouvoir 
une version alternative du commerce en Asie avec l'Accord de 
partenariat économique régional intégral (RCEP), un accord de 
libre échange entre les dix membres de l'Asean et six autres 
Etats, dont la Chine et le Japon, auquel les pays américains ne 
sont pas parties pour l'instant. 
    Tan Jian, membre de la délégation chinoise au sommet de 
l'Apec, a déclaré que de nouveaux pays voulaient rejoindre le 
RCEP, notamment le Pérou et le Chili. 
    Dans leur déclaration finale, les chefs d'Etat et de 
gouvernement de l'Apec affirment que le TPP et le RCEP sont tous 
les deux des moyens valables de parvenir à la création de la 
grande Zone de libre-échange de l'Asie-Pacifique (FTAAP), but de 
longue date de l'Apec. 
    "Nous encourageons le maintien de toutes les entreprises 
régionales, TPP et RCEP (...)", disent les dirigeants. 
    Le Premier ministre néo-zélandais, John Key, a déclaré que 
les membres du TPP pourraient peut-être incorporer "des 
changements cosmétiques" pour rendre l'accord acceptable pour 
Donald Trump. 
    L'administration Obama a exprimé des réticences envers le 
RCEP, estimant qu'il ne protégeait pas aussi bien que le TPP les 
droits des salariés, l'environnement ou la propriété 
intellectuelle. 
    La délégation chinoise a mis en garde contre la 
"politisation" des accords commerciaux qui ne doivent pas être 
seulement pour les pays riches. 
    Le président péruvien Pablo Kuczynski, qui accueillait le 
sommet, a estimé qu'il était trop tôt pour renoncer au TPP et a 
indiqué qu'à son avis le vote Trump était davantage dû à des 
"conditions économiques difficiles" qu'à un sentiment 
protectionniste féroce. 
 
 (Rosalba O'Brien, Mitra Taj, Kiyoshi et Caroline Stauffer; 
Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant