L'AP-HP cherche riche acquéreur pour son Hôtel particulier

le
5
Pour renflouer ses caisses, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) va céder l'un de ses plus beaux bijoux de famille. La demeure du XVIIe devrait rapporter plusieurs dizaines de millions d'euros.

Pour renflouer ses caisses, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) va céder l'un de ses plus beaux bijoux de famille. Un somptueux hôtel particulier datant des XVIe et XVIIe siècles, situé au 47, quai de la Tournelle (Ve), juste en face de l'île Saint-Louis et de Notre-Dame.

 


Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/JC MARMARA/LE FIGARO

 

L'endroit, dont seuls les façades Mansart ainsi qu'un plafond à poutres peintes sont protégés au titre des Monuments historiques, abritait jusqu'ici sur 3.820 m² le musée et une partie des services administratifs de l'AP-HP. Des bureaux plutôt impersonnels mais aussi une salle de pharmacie aux splendides boiseries, un salon de réception dont la hauteur sous plafond atteint les 4,50 m, de majestueux escaliers en pierre du XVIIe, un jardin au calme... «Des biens comme celui-ci, on n'en trouve qu'un tous les cinq ans sur le marché parisien», assure Nicolas Pettex-Muffat, directeur général de Daniel Féau Commercialisation, groupe spécialisé dans l'immobilier de luxe en charge de la vente.

Conséquence: le prix de l'hôtel de ­Miramion pourrait dépasser le record historique des 67 millions d'euros dépensés par la famille royale du Bahreïn afin ­d'acquérir l'hôtel particulier de Bourbon-Condé (VIIe) en 2008. Suspense jusqu'au 29 juin prochain, date butoir à laquelle les potentiels acquéreurs doivent remettre leur offre sous enveloppe. L'AP-HP, de son côté, a fixé un prix plancher confidentiel, au-dessous duquel elle remettra le bien en vente.

 

 


Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/JC MARMARA/LE FIGARO

 

En tout cas, les millions d'euros nécessaires pour devenir l'heureux propriétaire des lieux ne semblent pas rebuter les candidats. Depuis la mise en vente, le 9 mai, plus d'une vingtaine a déjà fait le déplacement. «Nous avons des profils d'acheteurs assez différents», constate le directeur général. À sa grande surprise, beaucoup d'opérateurs hôteliers se sont manifestés. Plus classique, des personnalités morales, comme des fondations privées qui cherchent à installer une représentation culturelle, se sont aussi montrées intéressées «car l'endroit n'étant pas résidentiel à 100 %, cela ouvre l'univers des possibles».

Enfin, plusieurs particuliers fortunés ont aussi visités les lieux, séduits par ce témoignage de l'histoire, qu'ils considèrent à la manière d'une œuvre d'art. «Si deux particuliers se positionnent pour ce bien, comme aux enchères, les prix pourraient s'envoler», prédit M. Pettex-Muffat. À un petit détail près: les acheteurs ne pourront faire le 29 juin qu'une seule et unique offre...

LIRE AUSSI:

» L'État vend ses terrains pour construire plus

» À saisir: l'État vend quatre hôtels particuliers à Paris

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières à Paris avec Explorimmo

» L'immobilier de prestige avec Propriétés de France

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • quater1 le mardi 22 mai 2012 à 16:50

    S'agiSsant d'un bien appartenant a l'etat et vu nos finances , pourquoi ne pas l'avoir vendu aux encheres?Encore une magouile ????

  • belleO1 le mardi 22 mai 2012 à 13:30

    super, vont pouvoir acheter des draps pour les malades.

  • M6860185 le mardi 22 mai 2012 à 12:34

    enfin, il était temps mais il y en a d'autres.. à commencer par l'hopital de l'Ile de la Cité, fort peuplée, c'est bien connu et bien d'autres logements qui ne sont pas vides ceux là.

  • titide le mardi 22 mai 2012 à 12:23

    un gagnant de l'Euromillions peut acheter !

  • troalic le mardi 22 mai 2012 à 11:58

    Si y'a du double vitrage, ça peut m'intéresser...