L'antisarkozysme au c?ur des défilés syndicaux

le
0
INFOGRAPHIE - Les cortèges ont réuni quatre à six fois plus de manifestants qu'en 2011.

Le «peuple de gauche» - et tout ce que la nation compte d'antisarkozystes - s'était donné rendez-vous mardi, à l'occasion de la Fête du travail, un peu partout en France. Les estimations définitives divergent comme chaque année: 316 000 personnes ont défilé selon la police, 750 000 personnes selon la CGT. Entre quatre et six fois plus fournis que le 1er Mai précédent, les 289 cortèges recensés ont pris une tournure très politique à cinq jours du second tour de la présidentielle.

À Paris, le carré de tête composé des différents leaders syndicaux - Bernard Thibault, François Chérèque... - était précédé des mouvements politiques de gauche dont les électeurs étaient venus crier en masse leur rejet du président candidat. «Le 1er Mai est rouge depuis toujours, a ainsi justifié Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche, pour lequel une tribune avait été dressée à Port-Royal. Il n'y a pas une revendication sociale qui s'est arrachée autrement

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant