L'anthropocène, ou comment l'Homme a modifié la géologie

le
0
    par Alister Doyle 
    OSLO, 7 janvier (Reuters) - Les éléments attestant de 
l'influence des activités humaines sur la Terre sont devenus 
tellement probants qu'on peut affirmer que la planète est entrée 
dans l'anthropocène, une nouvelle ère géologique marquée par 
l'homme, écrivent des chercheurs dans la dernière livraison du 
journal Science parue jeudi.  
    La naissance d'une telle époque marquerait la fin de 
l'holocène, qui a commencé il y a 11.700 ans à la fin de l'ère 
glaciaire. L'anthropocène, un terme proposé en 2000, est formé à 
partir du grec "anthropos", qui signifie homme.  
    "Nous avons le pouvoir de changer la planète", souligne 
l'universitaire britannique Colin Waster, du British Geological 
Survey, qui a dirigé une équipe internationale chargée de 
répertorier les arguments en faveur de ce changement d'époque. 
    Les auteurs suggèrent que l'anthropocène pourrait démarrer 
au milieu du XXe siècle, autour de 1950, car cette date 
soulignerait à la fois les risques et les bénéfices induits par 
les technologies modernes et la mondialisation. 
    L'ère atomique, qui commence à l'essai nucléaire du 16 
juillet 1945 au Nouveau-Mexique, et le boom après-guerre de 
l'industrie, des mines, de l'agriculture et de matériaux 
fabriqués par l'homme, comme le plastique ou le béton, ont tous 
laissé des traces dans les couches géologiques.  
    Le béton, inventé par les Romains, est tellement répandu 
aujourd'hui qu'on en compterait un kilogramme par mètre carré 
s'il était réparti équitablement sur toute la surface de la 
planète, notent les chercheurs.  
    Le changement de dénomination doit toutefois être 
officialisé, ce qui pourrait prendre encore des années de 
recherches supplémentaires, en partie pour déterminer la date de 
commencement de cette nouvelle ère.  
    Certains scientifiques estiment que l'anthropocène a débuté 
avec la Révolution industrielle au XVIIIe siècle. Le choix de 
cette date soulignerait la responsabilité historique de l'Europe 
dans la pollution et le changement climatique.  
    D'autres estiment qu'on peut faire remonter cette nouvelle 
ère à l'apparition et au développement de l'agriculture.  
    "Chaque définition façonnera nos histoires sur le 
développement humain", relève le professeur Simon Lewis, de 
l'University College de Londres, qui n'a pas participé à cette 
étude. Lui privilégie 1610 comme date de départ, car il marque 
une expansion du colonialisme, des maladies et du commerce de 
l'Europe vers les Amériques.  
    L'un des rédacteurs de l'étude, Erle Ellis, de l'université 
du Maryland, estime que l'officialisation de cette nouvelle ère 
géologique transformera la compréhension du rôle de l'humanité 
sur la planète.  
    C'est un "défi aussi grand qu'une seconde révolution 
copernicienne", juge-t-il. Au XVIe siècle, Nicolas Copernic a 
contribué à montrer que la Terre tournait autour du Soleil, 
plutôt que l'inverse comme une majorité le croyait à l'époque. 
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant