L'anonymat remis en cause pour les accouchements sous X

le
0
Un rapport parlementaire préconise «l'accouchement dans la discrétion», autrement dit que les mères biologiques laissent des éléments d'identité pour que l'enfant adopté puisse les retrouver à sa majorité.

S'achemine-t-on vers la fin de l'accouchement sous X ? Cette pratique, autorisée par la loi depuis 1941, permet à une mère d'abandonner son enfant sans délivrer son identité. Mais aujourd'hui, notamment sous la pression d'associations d'enfants nés de cette façon, ce droit est remis en question. Un rapport parlementaire remis la semaine dernière à François Fillon préconise de le remplacer par «l'accouchement dans la discrétion», qui implique que la mère donne systématiquement son identité.

«Cela ne signifie pas pour autant que l'enfant apprendra automatiquement le nom de sa mère biologique, explique Brigitte Barèges, députée UMP du Tarn-et-Garonne et auteure du rapport, au figaro.fr. Il ne le saura que s'il en fait la demande auprès du Conseil national d'accès aux origines personnelles (Cnaop, créé en 2002 ndlr)». Selon cette disposition, l'enfant abandonné pourra entamer la démarche à sa majorité.

Nom, dossier médical et photo

L'élue, qui a été cha

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant