L'"annus horribilis" de François Hollande (2)

le
0
En août, François Hollande et Manuel Valls savent qu'ils vont vivre une rentrée extrêmement difficile.
En août, François Hollande et Manuel Valls savent qu'ils vont vivre une rentrée extrêmement difficile.

Le remaniement d'avril n'a pas changé la donne (voir partie I). François Hollande maintient le cap du "pacte de responsabilité". Et fonce droit vers de nouvelles déconvenues...Mai : la nouvelle catastrophe européenneOn ne sait trop pourquoi, mais François Hollande se relance dans les prophéties hasardeuses. Dans le JDD, début mai, il entrevoit "un retournement économique". On ne sait pas trop non plus pourquoi il annonce, le 6 mai, chez Jean-Jacques Bourdin, la disparition du département ("les conseils généraux ont vécu", selon son expression) dans le cadre d'une réforme territoriale à propos de laquelle il fluctue depuis le début de l'année... Lors de ses voeux aux Corréziens, le 18 janvier 2014, il avait joué avec la corde sensible de la ruralité heureuse et conclu à propos des départements : "Je ne suis donc pas favorable à leur suppression pure et simple comme certains le réclament. Car des territoires ruraux perdraient en qualité de vie, sans d'ailleurs générer d'économies supplémentaires, si l'on y supprimait le département."Toujours chez Bourdin, il esquisse un début de mea culpa en déclarant : "Il y a un point que je n'ai pas suffisamment souligné, c'est la dégradation de la compétitivité industrielle française." Il est vrai que le mot n'est guère apparu dans son vocabulaire au cours de la campagne présidentielle. Pour un homme qui a enseigné l'économie à Science Po, c'est, disons, surprenant... Enfin, dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant