L'année américaine de Steven Gerrard

le
0

Comme dernière danse, Steven Gerrard s'est offert une année et demi sous le soleil californien, avec le Los Angeles Galaxy. Un voyage à l'intérêt limité puisque Gerrard n'a pas réussi à s'acclimater aux États-Unis, et qu'il a connu des fortunes sportives diverses.

Chaque envol de géant du foot européen pour la MLS donne lieu aux même scènes, aux même quolibets, aux même réflexions. Les années passent, les joueurs concernés jurent que le niveau progresse, qu'il ne s'agit plus d'un séjour touristique pour se remplir les fouilles en fin de carrière, et que le défi sportif est bien réel, mais presque personne ne les croit. Car le Vieux Continent est peu partageur quant il s'agit de sa supériorité footballistique, et ne s'est jamais laissé berner par les bravades de l'Oncle Sam et de son soccer. Tout Steven Gerrard qu'il était, le légendaire numéro 8 de Liverpool n'avait pas échappé à la règle lors de son exil à l'été 2015. Allait-il devenir un people, comme David Beckham, et être pris en photo avec le tout Hollywood ?


Stevie G avait beau déménager à LA, personne ne l'imaginait courir les mondanités. Peut-être passerait-il son temps à prendre des selfies dans des endroits cools comme Andrea Pirlo à New York alors, en toute simplicité. " Je ne peux pas être plus heureux. Après ne pas avoir pu marcher dans la rue sans être arrêté, je me retrouve anonyme ici, et j'aime ça " s'extasiait-il peu après son arrivée. Mais surtout, le monde se demandait ce que Gerrard donnerait sur le terrain. Les transversales de 50 mètres, les lucarnes de 35, les courses de capitaine courage, les gueulantes de soulard, tout ça s'était-il définitivement perdu avec le départ de Liverpool ? Gerrard a eu un an de rêve américain pour montrer qu'il en avait encore sous le pied. Mais comme on pouvait s'y attendre, le résultat a été moyennement concluant.

All Star Steve


Pas de longues vacances d'été, Steven Gerrard a plongé dans le grand bain dès le mois de juillet 2015. Enfin, en passant d'abord dans le petit bassin, puisque sa première apparition sous le maillot des LA Galaxy se fait lors d'un tranquille match amical, le 11 juillet, au cours duquel il ne joue que la première mi-temps. Pas grand chose, et surtout trop

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant