L'Angleterre est Stones

le
0

En à peine deux saisons passées en Premier League, John Stones est devenu titulaire à Everton et s'est vu ouvrir les portes de la sélection nationale. Le défenseur de vingt et un ans, retenu avec l'Angleterre pour l'Euro espoirs, mais absent pour cause de blessure face à la Suède ce dimanche, éveille déjà les plus belles espérances dans un pays toujours en quête d'une relève de haut standing en défense centrale. Alors, simple hype ou vraie raison d'y croire pour les Three Lions ?

Trop fière, trop orgueilleuse, elle ne l'admettra pas. Ne l'avouera pas malgré cette évidence, indéniable, qui s'impose à tous. L'Angleterre souffre, et cela depuis maintenant trop longtemps. Là-bas, c'est une lapalissade d'affirmer que les plus belles promesses ont souvent été escortées des fantasmes les plus démesurés. On a beaucoup promis au Royaume, on lui a trop souvent fait miroiter de douces chimères pour finalement le laisser fantasmer. Car, depuis les retraites internationales de John Terry (2012) et Rio Ferdinand (2013), deux des plus grands défenseurs de leur temps, aucun arrière central anglais n'a véritablement émergé. Il y a eu une myriade de prétendants, sans toutefois parvenir à faire oublier leurs émérites prédécesseurs. John Stones, seulement vingt et une piges au compteur, n'est pas encore perçu comme une énième promesse envolée. Outre-Manche, le gamin jouit d'une flatteuse réputation et aiguise déjà l'appétit des grosses écuries. Une nouvelle hype comme parmi tant d'autres ? A priori, oui. Sauf qu'à y regarder de plus près, Stones présente le profil idéal du futur taulier des Three Lions.

Martinez : "Il deviendra l'un des meilleurs à son poste en Europe"


Mais avant que le pays de Sa Majesté ne rive ses yeux sur lui, John Stones a fait ses gammes dans l'ombre. Sans faire de bruit. C'est au club de Barnsley, sa ville natale, qu'il commence à taper ses premiers ballons. Dans les catégories de jeunes, le bonhomme doit d'abord composer avec un physique frêle et, donc, redoubler d'efforts. "J'étais vraiment petit gamin, confiait récemment au Telegraph celui qui a ensuite poussé rapidement pour aujourd'hui culminer à 1 mètre 88. Puis tout le monde m'a vu comme un défenseur central quand j'ai eu seize ans. Le championnat était une rude compétition et je ne pouvais encore faire face au poste d'arrière central, voilà pourquoi je jouais latéral droit à l'époque. Cela m'a vraiment endurci". Lancé avec parcimonie dans le grand bain de la Championship lors de l'exercice 2011/2012, l'Anglais prend définitivement ses marques la saison suivante (22 matchs).

Toujours alerté quand il s'agit de suivre les talents de demain, Everton ne traîne pas et enrôle le défenseur pour quatre millions d'euros à l'été 2013. Chez les Toffees, Stones débute l'apprentissage de la Premier League sur le banc, héritant logiquement du…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant