L'ancien-proche de Serge Dassault en fuite s'est rendu

le
2
L'ANCIEN-PROCHE DE SERGE DASSAULT EN FUITE S'EST RENDU
L'ANCIEN-PROCHE DE SERGE DASSAULT EN FUITE S'EST RENDU

PARIS (Reuters) - L'ancien proche de Serge Dassault recherché pour tentative d'assassinat, en fuite à l'étranger depuis le 19 février, s'est rendu et a été arrêté mercredi à l'aéroport de Roissy, près de Paris, a-t-on appris de source judiciaire.

Younes Bounouara devrait être déféré dans le cabinet des trois juges d'instruction d'Évry (Essonne) qui enquêtent sur la tentative de meurtre dont il a reconnu en octobre être l'auteur, a-t-on ajouté, confirmant une information du Point.fr.

L'industriel, qui est sénateur, a été entendu à la mi-octobre comme témoin assisté dans ce dossier ouvert pour complicité de tentative d'assassinat.

Les magistrats veulent savoir si la tentative de meurtre perpétrée à Corbeil-Essonnes (Essonne) est liée à un système d'achat de votes que l'avionneur est soupçonné d'avoir cautionné lors de la dernière élection municipale dans la ville, en 2010, remportée par Jean-Pierre Bechter, son bras droit.

En fuite en Algérie, Younès Bounouara avait affirmé en octobre à l'hebdomadaire Le Point avoir tiré parce qu'il avait été menacé de mort par un gang "qui pense que Dassault a donné beaucoup d'argent pour qu'on le redistribue" et avoir tiré "sans viser, sans intention de tuer".

"Evidemment Serge Dassault ne m'a jamais dit de tirer sur les maîtres chanteurs", avait-il ajouté.

Selon Younès Bounouara, l'industriel lui avait remis de l'argent pour solde de tout compte car il ne voulait pas travailler avec son successeur, et non pour le redistribuer.

Parallèlement à cette affaire, les juges Guillaume Daieff et Serge Tournaire du pôle financier de Paris conduisent une instruction visant Serge Dassault pour "achat de votes", "corruption", "blanchiment" et "abus de biens sociaux".

Deux millions d'euros suspects auraient transité par le Liban pour rétribuer, en partie, un des proches de l'ancien maire de la ville, de 1995 à 2009. Selon une source judiciaire, une perquisition a eu lieu le 17 septembre chez le notaire de l'avionneur, susceptible d'avoir dûment répertorié ses dépenses.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • BERPHIL le mercredi 6 nov 2013 à 17:35

    bien sûr...

  • M3182284 le mercredi 6 nov 2013 à 17:18

    ordures de droite ou de gauche, les assassins sont toujours du Sud...