L'ancien PDG d'Eramet craint pour l'avenir de l'entreprise

le
0

Jacques Bacardats, président de la société minière de 2004 à 2007, critique la stratégie des dirigeants.

«La survie d'Eramet est en jeu.» Jacques Bacardats est inquiet. L'homme sait de quoi il parle: il a travaillé pendant quinze ans dans la compagnie minière, assumant la fonction de président-directeur général entre 2004 et 2007. Vendredi, Jacques Bacardats a été nommé président de Carlo Tassara France, troisième actionnaire d'Eramet avec 12,8 % du capital.

Peu connu du grand public, Eramet est la dernière minière française. Présente dans l'exploitation du nickel, en Nouvelle-Calédonie, du manganèse, au Gabon, et des alliages, essentiellement en France, le groupe affichait 3,4 milliards de chiffre d'affaires pour 34 millions de résultat net en 2012. Selon Jacques Bacardats, l'année 2013 devrait être plus difficile, les résultats s'annonçant «sans doute négatifs». Surtout, le groupe minier a consommé beaucoup de cash au cours des dernières années. «De 1...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant