L'ancien maire de Vence, Christian Iacono, reste en prison

le
1
L'EX-MAIRE DE VENCE, CHRISTIAN IACONO RESTE EN PRISON
L'EX-MAIRE DE VENCE, CHRISTIAN IACONO RESTE EN PRISON

PARIS (Reuters) - La demande de remise en liberté de l'ancien maire de Vence (Alpes-Maritimes) Christian Iacono, qui est retourné en prison le 9 janvier pour purger une peine de neuf ans prononcée pour le viol de son petit-fils, a été rejetée lundi.

Malgré la rétractation des accusations par la supposée victime depuis le procès, la commission de révision des condamnations pénales, instance de la Cour de cassation appelée à trancher, a décidé qu'il resterait en détention, le temps de procéder à un complément d'information, a déclaré son avocat.

"C'est une déception pour lui et ses proches, mais nous sommes toujours résolus et déterminés à convaincre la commission de révision de son innocence", a dit Dominique Romeo à Reuters.

Le complément d'enquête devrait s'attacher à vérifier la validité des rétractations de la victime, avec probablement son audition. Si un doute apparaît, le dossier sera transmis à une formation plus haute, la Cour de révision, à laquelle il appartiendrait d'ordonner ou non un nouveau procès.

Cette affaire trouble la justice depuis plus d'une décennie. Christian Iacono, 76 ans, a déjà été incarcéré quatre fois et libéré trois fois au fil des hésitations des magistrats.

En juin dernier, par un courrier au parquet, le petit-fils de Christian Iacono avait déclaré avoir inventé les accusations de viol qui ont lancé l'affaire il y a plus d'une décennie, alors qu'il était mineur. Il a aujourd'hui 19 ans.

Christian Iacono était sorti de prison à ce moment mais la Cour de cassation a depuis rejeté le pourvoi contre sa condamnation en appel. Ayant déjà séjourné en prison environ 14 mois, il lui reste à purger en théorie un peu moins de huit ans.

Le parquet général s'était opposé le 10 janvier à sa libération, estimant que les rétractations du petit-fils n'étaient pas étayées par des éléments concrets. Christian Iacono a déposé parallèlement à la procédure de révision une demande de libération pour raisons médicales, en cours d'examen.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 23 jan 2012 à 18:02

    Bravo le petit !