L'ancien bunker de Churchill est à louer dans le métro londonien

le
0

Soit 400 mètres carrés à transformer en bar, club, ou restaurant branché. Il s’agit de Down Street Station, une station de métro abandonnée depuis 1932.

Une station de métro londonienne abandonnée, ayant servi de bunker à Winston Churchill lors de la Seconde Guerre mondiale, est à louer auprès de Transport for London (TFL) qui cherche ainsi à doper ses finances. «Un des espaces les plus remarquables du monde cherche un partenaire pour lui redonner vie avec la proposition de saisir l’une des opportunités commerciales les plus exclusives de Londres. Down Street Station est cet espace», proclame la brochure de TFL qui loue environ 400 m² de la station sous terre, à transformer en bar, club ou restaurant branché par exemple.

Située dans le quartier chic et central de Mayfair, Down Street station a ouvert en 1907 avant de fermer en 1932 en raison d’une fréquentation faible, souffrant de sa trop grande proximité avec d’autres stations comme Hyde Park Corner ou Green Park.

Loyer de 140.000 euros annuels

La station, dont la façade est toujours ornée de faïence couleur bordeaux, a ensuite hébergé les responsables du réseau ferroviaire pendant le deuxième conflit mondial. Elle a également servi de bunker secret au Premier ministre de l’époque, Winston Churchill, et à son cabinet de guerre. Depuis, la station était surtout utilisée par TFL pour entreposer du matériel. «L’espace, l’histoire et l’emplacement font de Down Street Station une opportunité unique», a mis en avant mercredi Graeme Craig, directeur du développement commercial de TFL.

Les travaux pour transformer l’endroit pourraient prendre deux ans. Selon le quotidien The Evening Standard, les 400 m² pourraient être loués pour la somme de 100.000 livres par an (140.000 euros). La régie cherche aujourd’hui à varier ses sources de revenus en mettant en location des lieux désaffectés du plus vieux métro du monde. La TFL espère ainsi dégager près de 5 milliards d’euros.

Une quarantaine de stations inutilisées existent toujours, dont quelques unes se trouvent dans les quartiers les plus select de la capitale britannique.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant