L'ancien avocat Karim Achoui face à ses agresseurs présumés

le
0
L'EX-AVOCAT KARIM ACHAOUI FACE À SES AGRESSEURS PRÉSUMÉS
L'EX-AVOCAT KARIM ACHAOUI FACE À SES AGRESSEURS PRÉSUMÉS

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Karim Achoui, star déchue du barreau parisien, a fait face mardi devant la cour d'assises de Paris à six malfaiteurs jugés jusqu'au 4 octobre pour avoir tenté de l'assassiner le 22 juin 2007 ou joué le rôle d'intermédiaires.

L'ex-avocat, habitué à la lumière médiatique et rompu à la défense des "voyous", se trouve cette fois sur le banc des victimes en tant que partie civile.

Karim Achoui a attaqué d'emblée l'instruction, à laquelle il reproche d'avoir présenté cette affaire comme un règlement de comptes entre membres du "milieu", dont lui-même, et écarté une éventuelle complicité policière.

S'il affirme avoir reconnu le passager casqué, mais qui avait levé sa visière, d'une moto, qui lui aurait tiré dessus, ainsi que le conducteur, Karim Achoui estime que les quatre autres prévenus ne sont pas impliqués dans la tentative d'assassinat.

"J'ai le sentiment qu'à part le tireur et le conducteur, qui est l'un de ses proches, les quatre autres accusés n'ont pas grand-chose à faire dans ce dossier", a dit à Reuters l'ancien avocat, aujourd'hui président de la Ligue de défense judiciaire des Musulmans (LDJM).

Karim Achoui, 45 ans, s'est préparé au procès en tournant la bande-annonce d'un film en projet sur sa propre histoire, celle d'un avocat pénaliste soupçonné d'être proche du milieu et victime d'une tentative d'assassinat.

Parmi les accusés au procès, figure Djamel Hakkar, membre d'une famille d'origine algérienne, impliqué dans le trafic de stupéfiants et soupçonné d'être le commanditaire depuis sa cellule de cette tentative de meurtre aux mobiles obscurs.

Rudy Terranova, un "corso-islamiste", est accusé pour sa part d'être le tireur et Mamadou Ba le pilote de la moto.

Toutefois, les six protagonistes nient leur implication et de nombreux témoins se sont rétractés.

RADIÉ DU BARREAU

Karim Achoui, qui croit à un complot policier contre lui et estime que l'enquête a été biaisée.

L'ex-avocat accuse en effet le commissaire qui a fourni des renseignements anonymes permettant l'arrestation des six accusés d'avoir joué un rôle dans l'opération.

Selon lui, des policiers étaient alors exaspérés par ses succès dans la défense de membres du grand banditisme.

"Dès les premiers jours, le ministère public s'est placé du côté d'une thèse qui est celle d'un règlement de comptes entre voyous. C'est très agréable quand on est avocat."

Selon lui, le mobile de ses agresseurs n'a pas été élucidé et il dément avoir eu une dette envers le commanditaire présumé.

A la lumière du rapport d'enquête lu lundi devant la cour, la brigade criminelle a pour sa part la conviction d'avoir démontré l'implication des six accusés, dont trois soupçonnés d'être des intermédiaires, grâce à la localisation de téléphones portables, des écoutes téléphoniques et des courriers saisis.

Ils évoquent ainsi une réunion préparatoire en banlieue de l'opération au cours de laquelle Karim Hachoui a reçu deux balles de gros calibre alors qu'il tentait d'échapper au tireur, dont une l'a laissé un temps dans un état critique.

Surnommé "l'avocat du milieu", Karim Achoui est un fils d'immigrés kabyles né à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Après un début de carrière remarqué, il avait obtenu des succès en défendant des figures du grand banditisme comme les frères Hornec et Antonio Ferrara.

Il a cependant été condamné en 2008 par la cour d'assises de Paris à une peine de sept ans de prison pour complicité de tentative de meurtre, complicité d'évasion d'Antonio Ferrara et association de malfaiteurs.

Il a été finalement acquitté en appel en 2010 et relaxé en 2012 dans une affaire de menaces et violences sur son épouse.

Il a toutefois été radié du barreau en janvier 2011 pour avoir employé deux personnes sans les déclarer.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant