L'amour strasbourgeois dure treize ans

le
0
L'amour strasbourgeois dure treize ans
L'amour strasbourgeois dure treize ans

Complètement camé au RC Strasbourg, Grégory Walter n'a pas raté un match de son équipe depuis treize ans. Et celui qui vient de sortir un livre sur son histoire de cœur avec le Racing ne compte pas s'arrêter là. Rencontre avec ce supporter un peu barge.

Sur la table de la pièce, tout est déjà prêt. Un exemplaire de son livre qu'il vient de sortir et un épais dossier qui ressemble à un album photo. Derrière lui, près de l'ordinateur, un fanion du RC Strasbourg. Impossible de le louper. Juste à côté, une photographie de lui dans les tribunes, un enfant vêtu du maillot dans les bras. C'est que Grégory Walter est comme chez lui ici, à quelques kilomètres du stade de la ville, dans son bureau de Viwametal, entreprise familiale appartenant à son père où il exerce en tant qu'ingénieur industriel.

La Meinau, théâtre des rêves


" C'est mon fils, commente Grégory en montrant la photo. Il n'a que deux ans, mais il est déjà complètement dingo du Racing. Il pleure parce qu'il veut toujours mettre son maillot, il agite son drapeau dans le salon, il ne parle pas, mais il chante..." En même temps, le môme n'a pas trop eu le choix. Né de deux parents totalement fans de Strasbourg, personne ne lui a demandé son avis quand papa et maman l'ont amené au stade. Aujourd'hui, il en est à une trentaine de déplacements à l'extérieur pour suivre les aventures des Alsaciens loin de la Meinau.

La Meinau, c'est d'ailleurs l'endroit où se sont rencontrés Grégory et sa compagne. Aussi amoureux du club l'un que l'autre, ils décident de partager leur passion commune en assistant à tous les matchs, sans exception... jusqu'à la naissance de l'enfant. " Ma femme était sur une série de douze ans sans avoir raté une seule rencontre. Série interrompue il y a deux ans donc, puisqu'elle a accouché la veille d'un match. Depuis, elle n'a dû louper que neuf déplacements." En revanche, l'heureux événement n'empêche pas son homme d'aller supporter son équipe à l'extérieur. Une fois le cordon ombilical coupé, Grégory file rejoindre le kop. Résultat : sa série de présence ininterrompue aux matchs officiels du RCS a désormais dépassé celle de sa dame. Voilà maintenant treize ans, soit 4 745 jours, que Strasbourg n'a pas joué sans son soutien dans les tribunes.

Fidèle au ballon


Question : comment expliquer une telle disponibilité, alors que les fêtes de famille et les exigences professionnelles demandent évidemment du temps ? " Bah c'est simple : ma passion est ma priorité et tout le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant