L'AMF s'intéresse aux questions/réponses réservées aux acteurs de marché

le
0
(NEWSManagers.com) -

L'autorité des Marchés Financiers (AMF) a publié sur son site, fin juin, une position ? recommandation sur la rédaction des questions/réponses des
examens destinés à vérifier les connaissances minimales des acteurs de marché. A partir des textes de référence (article 313-7-3 du règlement général) dont l'objectif est de préciser la forme et le contenu pédagogique des examens certifiés par l' AMF portant sur les connaissances professionnelles minimales et transversales, l'Autorité rappelle sa position :

- La question doit conduire à la vérification objective d' une connaissance de base professionnelle
et par conséquent, elle doit avoir un intérêt pour la pratique professionnelle.

- Elle ne doit pas faire appel à des notions subjectives. Les rédactions du type : " de votre point
de vue " ainsi que les questions sous forme de cas pratique faisant appel à un jugement ou à
une interprétation sont à éviter. Enfin, la question ne doit pas porter sur une expertise dans tel
ou tel domaine ou à une technicité trop spécifique.

- La rédaction de chacune des questions doit être claire et sans ambiguïté : l' objectif n' est pas de
mettre inutilement les candidats en difficulté ou de les induire délibérément en erreur mais de
vérifier leurs connaissances de base sur des sujets transversaux.

- La formulation de la question ne doit pas contenir les éléments de la réponse.

Pour sa part, la recommandation rappelle que :

- Une question ne devrait pas dépasser 2 ou 3 lignes et les réponses devraient être brèves.

- Il est souhaitable que les QCM ou QRU ne proposent pas plus de 4 réponses et que les
questions offrant un choix entre deux réponses seulement représentent une part maximum de
l' ordre de 10 % du questionnaire d' examen.

- Lorsque la question appelle plusieurs bonnes réponses, il est suggéré d' indiquer au candidat le
nombre de réponses à cocher.

- Il est préférable que la question soit sous forme interrogative et que les questions négatives ou
les doubles négations soient évitées.

- Une seule connaissance par question devrait être ciblée. Aucune réponse ne devrait paraître
suffisamment aberrante pour pouvoir être rejetée par le candidat comme évidemment fausse.

- Plus du tiers du questionnaire d' examen portant sur des questions de nature réglementaire, il
est recommandé de rédiger les questions/réponses en suivant le plus possible la lettre des
textes en vigueur afin d' éviter toute ambiguïté et toute difficulté d' interprétation (les termes
utilisés étant les termes reconnus d' un point de vue juridique). Lorsque le texte applicable à la
connaissance ciblée par la question est issu de la transposition d' une directive européenne, il
est recommandé de s' inspirer directement du texte législatif ou règlementaire français.

- Il est opportun de limiter les abréviations ou sigles à des cas largement usités (par exemple,
OPCVM, ACP, AMF, SICAV, FCP), ou à des sigles étrangers usuels par exemple, KYC, KID,
ESMA).

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant