L'AMF prolonge l'OPA sur Club Med et veut des clarifications

le
2
L'AMF PROLONGE L'OPA SUR CLUB MÉDITERRANÉE JUSQU'AU 6 JUIN
L'AMF PROLONGE L'OPA SUR CLUB MÉDITERRANÉE JUSQU'AU 6 JUIN

par Dominique Vidalon et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Face à la montée rampante de l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi au capital de Club Méditerranée et aux informations contradictoires sur ses intentions, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a prolongé jusqu'au 6 juin la durée de l'OPA du fonds Ardian et du groupe chinois Fosun sur le groupe.

L'AMF exige dans le même temps d'Andrea Bonomi et des fonds qui lui sont associés, à savoir notamment BI-Invest, Strategic Holdings et Investindustrial, qu'ils clarifient, par voie de communiqué, leurs intentions sur Club Med avant le lundi 26 mai à 18 heures.

"L'Autorité appréciera les suites à donner à ce communiqué", fait savoir le gendarme des marchés financiers dans un avis diffusé vendredi.

Ces annonces de l'AMF surviennent au lendemain d'informations de presse évoquant la possibilité pour Andrea Bonomi, dont le fonds Strategic Invest est devenu en début de semaine le premier actionnaire de Club Med avec plus de 10% du capital, de lancer une contre-offre de rachat en cas d'échec de l'OPA d'Ardian et de Fosun au prix de 17,50 euros par action.

Le quotidien Les Echos évoquait même la possibilité d'une offre plus élevée par une autre société liée à Andrea Bonomi, une information toutefois démentie par Strategic Holdings dans un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi.

Strategic Holdings a ainsi précisé à cette occasion ne pas pouvoir pour le moment "exprimer une opinion sur le juste prix de Club Méditerranée". Le fonds a toutefois redit qu'il estimait que le prix proposé par Ardian et Fosun de 17,50 euros ne valorisait pas "de manière adéquate" le groupe de loisirs.

Le fonds de l'homme d'affaires italien avait pourtant indiqué mardi ne pas vouloir prendre le contrôle de Club Med mais avait laissé planer le doute en se laissant la possibilité de réexaminer la situation de Club Med en cas d'échec de l'OPA d'Ardian et de Fosun.

"COMPÉTITION LOYALE"

Selon une source proche du dossier, Andrea Bonomi et les fonds qui lui sont liés doivent désormais dire d'ici lundi s'ils comptent déposer une offre sur Club Med.

D'après cette source, s'ils ne déposent pas d'offre ou s'ils ne répondent pas à l'AMF, ils ne pourront pas agir sur le Club Med pendant un délai de six mois sauf si des événements importants interviennent dans l'environnement, la situation ou l'actionnariat du groupe de loisirs.

Après l'avis du gendarme boursier, un porte-parole de Strategic Holdings a indiqué que le fonds répondrait à la demande du gendarme des marchés financiers.

Gaillon Invest, le véhicule d'investissement d'Ardian et de Fosun à l'origine de l'OPA, s'est félicité de la décision de l'AMF.

"Soit Strategic Holdings annonce son intention de faire une offre et on entre dans une compétition loyale. Soit il annonce qu'il ne lance pas d'offre et ce sera la confirmation que sa stratégie n'est pas une alternative en termes de liquidité pour les actionnaires mais (qu'elle) vise un contrôle rampant", a réagi Gaillon Invest dans un courriel adressé à Reuters.

Club Med s'est en revanche refusé à tout commentaire.

Lancée il y a un an par Ardian et Fosun, l'OPA, dont la clôture était initialement prévue ce vendredi après avoir été suspendue pendant neuf mois, était depuis plusieurs jours menacée par la forte hausse du titre Club Med, entretenue par la montée d'Andrea Bonomi au capital du groupe de loisirs.

Depuis la mi-mars, le cours a largement dépassé le prix de 17,50 euros offert par l'OPA, risquant du coup de dissuader les actionnaires d'apporter leurs titres à l'offre.

Vers 12h13, l'action Club Med était inchangée à 19,20 euros.

REJET DU RÉFÉRÉ

Pour réussir, cette offre doit permettre à ses initiateurs de contrôler au moins 50% du capital de Club Med.

Détenant ensemble près de 20% des actions, Ardian et Fosun doivent encore convaincre les autres actionnaires d'apporter les 30% qui leur manquent.

Selon des sources proches du dossier, Gaillon Invest a reçu des engagements d'apports de titres portant sur environ 40% du capital du groupe de loisirs.

Après la décision la semaine dernière de la famille Benetton, actionnaire à près de 2% environ de Club Med, de ne plus apporter ses titres à l'OPA, Gaillon Invest a décidé de déposer un référé devant le tribunal de commerce de Paris pour forcer la famille Benetton, via la holding Edizione, à apporter ses titres.

Le tribunal de commerce de Paris a rejeté vendredi le référé.

"Le tribunal de commerce de Paris a estimé qu'il n'y avait pas lieu à référé tout en considérant le caractère déloyal du comportement d'Edizione", a dit à Reuters Olivier Diaz, l'un des avocats de Gaillon Invest. "On réfléchit sur l'opportunité de faire appel."

"Le tribunal a débouté Gaillon, jugeant qu'Edizione n'avait jamais qualifié sa décision d'irrévocable dans la note d'information de l'OPA", a dit un porte-parole d'Edizione à Reuters.

(Avec Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mickae82 le vendredi 23 mai 2014 à 11:54

    complices du péril jaune

  • spanouc le vendredi 23 mai 2014 à 10:42

    Y a des déclarations 15 fois par jour à l'AMF ! S'amusent bien comme dans les clubs !