L'AMF et l'AFG veulent pousser les feux de la gestion française

le
0

(NEWSManagers.com) -

Le savoir-faire et le faire-savoir. L'Autorité des marchés financiers ( AMF) et l' Association française de la gestion financière ( AFG) ont présenté le 27 octobre les résultats des travaux du groupe Frog et la mise en oeuvre de ses actions pour une plus grande visibilité et une meilleure distribution des fonds français à l'international. " La France dispose d'une industrie de la gestion puissante. Cet atout peut être mieux utilisé et développé. La force d'une place, c'est son écosystème" , a déclaré lors d'un point de presse Yves Perrier, président de l' AFG qui a ajouté que l'initiative de place était favorisée par le contexte du Brexit.

Né d'une ambition commune de l' AMF et de l' AFG, le groupe de travail Frog vise à apporter aux acteurs français et étrangers de la gestion d'actifs faisant le choix d'une domiciliation de leurs fonds en France les meilleures conditions pour leur développement à l'international. Dans cette perspective, le rapport Frog présente sept mesures concrètes qui devraient permettre de renforcer l'attractivité de la place de Paris pour les investisseurs internationaux.

La première mesure décline un catalogue " complet et inégalé" , adapté à tout type de pratiques internationales en matière de souscription/rachat de fonds, comprenant notamment le développement d'une offre de " transfer agent" en France. Deuxième point, les investisseurs pourront investir dans des sicav ayant fait le choix du respect d'une charte de bonne gouvernance. Cette mesure comporte une avancée de taille, à savoir la possibilité de transformer un FCP en sicav en conservant l'historique de performance et le code ISIN.

La troisième mesure concerne l'extension des possibilités de délégation de gestion. Avec une double évolution. Tout d'abord, la liste des entités pour gérer par délégation est étendue à l'ensemble des prestataires de services d'investissement agréés (c'est-à-dire pas seulement les SGP agréées pour gérer des FIA et des OPCVM) pour fournir un service de gestion de portefeuille pour compte de tiers au sens de la directive MIF. Par ailleurs, sur la base d'un renforcement des contrôles et de la gestion du risque, il est proposé d'autoriser la société de gestion délégante à déléguer toute gestion financière dès lors qu'elle maintiendrait en interne des fonctions essentielles de contrôle des risques.

Le rapport propose ensuite deux mesures qui doivent permettre de renforcer la comparabilité des fonds français. Il s'agit d'abord de donner toute latitude pour présenter les stratégies des fonds. Plus précisément, l' AMF a décidé de supprimer l'obligation de classification de fonds pour les gérants français, et de rendre optionnel leur maintien , à la discrétion des gestionnaires, à l'exception de la classification " diversifié" qui sera définitivement supprimée à horizon d'un an. Par ailleurs, le rapport préconise une meilleure communication sur les frais de gestion. Il est ici question notamment de distinguer les frais de gestion dits externes (CAC, dépositaire, avocats,...) des frais de gestion stricto sensu (frais de gestion financière), et de dresser une liste exhaustive des frais de gestion financière et des frais administratifs externes à la société de gestion.

Le sixième point porte sur la mise à disposition des gestionnaires d'une palette de gestion de la liquidité complétée afin de tenir compte des pratiques et travaux internationaux. Le projet de loi Sapin 2 prévoit notamment une extension de la possibilité de plafonnement des demandes de rachats à tous les fonds, en cas de circonstances exceptionnelles.

Enfin, la septième mesure a déjà fait l'objet d'une communication par l' AMF puisqu'il s'agit des nouvelles possibilités en matière de pré-commercialisation, à savoir la possibilité de tester l'appétit des investisseurs préalablement au lancement d'un OPCVM ou d'un FIA pour encourager l'innovation et la création dans un cadre juridique défini.

Avec ces sept premières mesures, " à prise d'effet imminente" , Frog devrait contribuer à renforcer le rôle de plateforme que la place financière se dit en mesure de jouer. D'autant plus que l'action de Frog sera prolongée dans le temps et que l' AFG entend par ailleurs pousser les feux de la gestion d'actifs française à l'international avec la nomination d'un ambassadeur en la personne de Jean-Louis Laurens (lire par ailleurs).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant