L'AMF confiante sur les conséquences du Brexit sur les SCPI et OPCI

le
0

Plusieurs fonds immobiliers britanniques ont suspendu les rachats à la suite du Brexit. En France, les SCPI et OPCI pourraient-ils faire pareil ? Réponse rassurante de l’AMF.

Plusieurs fonds immobilier britanniques ont stoppé leurs activités face à l’afflux de demandes de retraits de la part d’investisseurs. Effet domino ou pas en France ? A l’instar de BNP Paribas Reim ou encore la Française qui ont déjà apporté des réponses rassurantes quant aux effets du Brexit sur leurs propres véhicules immobiliers, l’AMF enfonce aussi le clou. A l’occasion de la présentation de la cartographie des risques 2016, Benoît de Juvigny, secrétaire général de l’AMF souligne que les SCPI « sont des fonds fermés ». Elles sont « par essence, très peu liquides. Donc la problématique n’est pas du tout la même que pour les fonds britanniques concernés, qui sont ouverts ».

Du côté des OPCI, Benoît de Juvigny n’est pas non plus vraiment inquiet. D’abord, le poids des OPCI grand public est encore faible à 4 Mds € « ce qui reste limité par rapport aux OPCI professionnels ». Et pour en finir avec les craintes, il conclut : « dès leur création, nous avons demandé à ce que ces OPCI grand public disposent d’une poche de liquidités significative ». Bref, « ce n’est pas la famille d’actifs qui nous inquiète le plus ».

Retrouvez cet article sur Primaliance.com
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant