L'AMF, arbitre de la bataille sur Hermès

le
0
Le projet de la famille de créer un holding détenant la majorité du capital suscite des contestations devant le gendarme des marchés.

Les mesures adoptées ce week-end par les descendants du fondateur d'Hermès sèment le trouble chez les actionnaires minoritaires du sellier, parmi lesquels figure LVMH, avec 17,1 % du capital. Les avocats des familles devaient notifier lundi à l'Autorité des marchés financiers (AMF) leur projet de constitution d'un holding détenant plus de 50 % du capital de la société cotée Hermès International. Cette nouvelle structure, annoncée dimanche soir après le conseil de famille de vendredi, a pour but de figer la majorité du capital entre les mains des héritiers «à très long terme», selon une source proche du dossier. Les héritiers ont donné leur accord pour y apporter tout ou partie de leurs titres, la majorité d'entre eux optant pour une répartition mixte entre une part ­d'actions dans le holding et une autre restant investie en Bourse sur Hermès International. Un «droit de préférence» prévoit par ailleurs que les titres Hermès qui seraient amenés à être

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant