L'Amérique impose son droit au reste du monde

le
19
Conférence de presse du directeur du FBI (James B. Comey, à gauche), du procureur général des Etats-Unis (Eric Holder, au centre) et de son adjoint (James M. Cole), lors de l'affaire BNP Paribas, en 2014.
Conférence de presse du directeur du FBI (James B. Comey, à gauche), du procureur général des Etats-Unis (Eric Holder, au centre) et de son adjoint (James M. Cole), lors de l'affaire BNP Paribas, en 2014.

Les Etats-Unis font respecter leurs normes juridiques, au grand dam des entreprises européennes. Une mission d’information parlementaire dénonce cette situation.

L’Amérique, dit-on, sort affaiblie de huit années de présidence de Barack Obama. Est-ce bien sûr ? Les entreprises européennes n’ont jamais eu aussi peur d’elle. Peur de violer ses législations en matière de corruption internationale, d’embargos, de blanchiment d’argent, et d’encourir des sanctions qui se chiffrent par milliards de dollars.

Peur de se voir soumises à son invincible procédure pénale. Peur de se faire sortir manu militari du plus riche marché mondial. Peur de se faire espionner par ses grandes oreilles (la NSA et la CIA), et de voir leurs clients et leurs secrets de fabrique prestement siphonnés.

Après ses soldats et ses tanks, son Coca, ses Levi’s et ses films, ses normes comptables et ses exigences de retour sur fonds propres, ses systèmes d’exploitation et son Internet Protocol, sans oublier, bien sûr, Google, Apple, Facebook, Twitter et les autres – ces outils qui ont viralisé le monde –, voilà que l’Amérique nous impose son droit.

Un droit qui se réclame de la morale protestante et qui s’impose dans le droit international sans quasiment susciter de résistance. Au point que grands patrons et responsables politiques évoquent aujourd’hui un « abus de pouvoir ». Cela a conduit les députés Pierre Lellouche (LR) et Karine Berger (PS), tous deux plutôt favorables à l’Amérique, à mener une mission d’information sur l’extraterritorialité de la législation américaine, dont le rapport a été publié le 5 octobre.

Une atteinte à la « sécurité nationale » Avec, e...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Neova il y a 4 semaines

    "Tient un média mainstream découvre que les usa font la loi dans le monde"... non, ils font semblant de découvrir pour nous passer la brosse à reluire sans savoir que l'on sait déjà qu'en réalité, ils sont complices des USA. Inutile de revenir sur l'épisode Barroso promu chez Goldman Sachs où l'UE se contente de dire que c'est pas bien tout en déclarant qu'elle n'a rien à changer au niveau de l'éthique de ses technocrates.

  • mlaure13 il y a 4 semaines

    Le choix est simple...la loi du plus fort étant tjrs la meilleur, pouvons nous et devons nous remplacer les USA par la Russie, la Chine et autres Corée du Nord...???...;-)))

  • nayara10 il y a 4 semaines

    Vous avez l'OTAN....Qui nous oblige à nous soumettre à un hypothétique ennemie ...Nous obliger à faire un embargo qui au final nous ruine mais pas EUX...Les milliards de dollars en amandes ,qui ne les empêche pas de contourner..ETC

  • SuRaCtA il y a 4 semaines

    Charge à l'Europe de faire de meme en imposant aux multinational américaines notre reglementation, à nous de mettre aux pas Facebook Amazone et autre Google ! Mois je ne reporoche pas aux USA de se comporter ainsi c'est normal de chercher à dominer, je reproche aux Européen d'être torp docile et conciliant et fois user des même armes pour ne plus se faire marcher sur les pieds !

  • angel001 il y a 4 semaines

    Mais non, l'Am"rique est mon amie, surtout dans le respect des autres en affaires.

  • stricot il y a 4 semaines

    Dans la finance au moins, l'epouvantail agite est celui de ne plus avoir le droit de detenir et d'uitiliser des USD si on ne regle pas ses problemes juridiques avec les US. Cette menace est d'une puissance considerable. Honnetement c'est la seule raison qui peut expliquer pour moi que BNP ait accepte de payer ses milliards suite aux histoires avec les pays black-listes par les USA. Moi j'aurais pris mes cliques et mes claques et ferme tous mes bureaux US, foutant les employes au chomage.

  • M415325 il y a 4 semaines

    Il faut combattre ces disctateurs

  • s.thual il y a un mois

    Une spécialité chez eux faire de l argent avec des procès et pas avec les produits..

  • dupon666 il y a un mois

    meme le porte avions au nom du grand Charles est aux ordres des US...

  • dupon666 il y a un mois

    le monde se reveille