L'américain General Electric veut supprimer 200 postes en France

le
1
L'AMÉRICAIN GENERAL ELECTRIC VEUT SUPPRIMER 200 POSTES EN FRANCE
L'AMÉRICAIN GENERAL ELECTRIC VEUT SUPPRIMER 200 POSTES EN FRANCE

STRASBOURG (Reuters) - General Electric a annoncé jeudi son intention de supprimer 200 postes d'ingénieurs et de cadres dans son activité de turbines à gaz en France, a-t-on appris de source syndicale.

Quatre-vingt-cinq des salariés concernés sont employés en sous-traitance.

La direction a révélé lors d'un comité d'entreprise extraordinaire à Belfort un plan de départs volontaires assorti d'un plan de sauvegarde de l'emploi qui touchera les sites de Belfort et Bourogne, dans le Territoire de Belfort, ainsi que celui de Chonas dans l'Isère.

L'entreprise américaine justifie son projet par la baisse de son chiffre d'affaires, lié au ralentissement de l'activité économique mondiale, a précisé à Reuters un élu de CFE-CGC.

"On espère regarnir le carnet de commande en fin d'année", a-t-il dit.

L'activité Turbine à gaz de General Electric emploie près de 2.000 personnes en France.

La direction n'a pas souhaité communiquer sur le sujet.

Gilbert Reilhac, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chatnour le jeudi 28 fév 2013 à 23:22

    Pas grave, n'ont qu'à aller pointer chez coca-cola, ils y seront bien reçus et auront le coca à l'oeil !