L'Alsace se prononce sur son avenir dimanche

le
0
Les Alsaciens doivent dire par référendum s'ils souhaitent la fusion des trois collectivités territoriales (conseil régional et conseils généraux). 25 % de participation sont requis pour que le projet aboutisse.

Philippe Richert veut y croire. Après plus de 120 réunions, au cours desquelles il a croisé plusieurs milliers de personnes, le président UMP du conseil régional d'Alsace se dit «raisonnablement optimiste» sur l'issue du référendum proposé par les trois collectivités alsaciennes (la région, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin). «Pour la première fois de son histoire, l'Alsace choisira son destin», affirme l'ancien ministre, convaincu que les électeurs se mobiliseront en faveur du oui au-delà des 25 % des inscrits, requis dans chacun des deux départements, soit 316 915 personnes. C'est toute la difficulté.

Cette campagne électorale s'est avérée plus difficile que prévue. Longtemps passé inaperçu au plan national, le référendum a été occulté ces jours-ci...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant