L'alliance avec le centre divise le PS

le
0
Relancé par Ségolène Royal et Manuel Valls, le débat sur le rapprochement avec les forces centristes divise les prétendants à l'investiture socialiste. LeFigaro.fr vous propose un tour d'horizon des différents positionnements.

C'est un débat récurrent au PS, qui ressurgit à l'aube de chaque échéance politique : la dernière présidentielle, les municipales de 2008, le Congrès de Reims, les élections européennes… Sans surprise, la question de l'alliance avec le centre fait désormais figure de «marqueur idéologique» dans la campagne pour la primaire socialiste. Un bon moyen pour les iconoclastes de la rue de Solférino de se démarquer de leurs adversaires. Tour à tour, Ségolène Royal et Manuel Valls ont proposé ces derniers jours une ouverture au centre-droit. Silence du côté des favoris, Martine Aubry et François Hollande, officiellement opposés à une alliance. La prudence est de mise : si la priorité pour les candidats à la primaire reste pour le moment de convaincre les sympathisants socialistes, la captation des voix du centre est devenue un enjeu de taille pour les socialistes après l'éviction de Dominique Strauss-Kahn, qui était le plus à même de séduire l'électorat centri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant