L'Allemand Bach élu président du Comité International Olympique

le
0
L'Allemand Bach élu président du Comité International Olympique
L'Allemand Bach élu président du Comité International Olympique

L'Allemand Thomas Bach, 59 ans, a été élu mardi à Buenos Aires neuvième président du Comité international olympique (CIO), où il succède au Belge Jacques Rogge en poste depuis 2001. Bach, champion olympique d'escrime par équipes en 1976, a été élu à la majorité absolue dès le deuxième tour de scrutin face aux quatre autres candidats, le Suisse Denis Oswald, le Portoricain Richard Carrion, l'Ukrainien Sergueï Bubka et le Singapourien Ng Ser Miang, rescapés du premier tour où le Taïwanais Ching-Kuo Wu avait été éliminé.

Polémique dans la dernière ligne droite

Thomas Bach faisait figure de favori avant le scrutin pour se voir confier les clés de la maison olympique, l'un des postes les plus en vue du sport mondial. Président du comité olympique allemand (DOSB), il avait placé la lutte contre le dopage comme l'un des axes de sa campagne pour prendre la tête du CIO et s'était récemment félicité de la publication d'un rapport fracassant sur le phénomène dans son pays.

Les dernières heures précédant le scrutin de Buenos Aires ont été marquées par une polémique allumée par Denis Oswald. Président de la Fédération internationale d'aviron, M. Oswald a lancé, sur la Radio Suisse romande RTS, qu'il n'avait «pas tout à fait les mêmes valeurs» que Thomas Bach, qui utilise selon lui «avantageusement» sa position au sein du CIO pour «passer des contrats pour les sociétés qu'il représente». Après s'être fait taper sur les doigts pour avoir enfreint les règles de bienséance olympique, Denis Oswald a regretté ses propos.

Le CIO, l'une des institutions les plus opulentes au monde

Elu en 2001, Jacques Rogge s'apprête à quitter son poste avec le sentiment du devoir accompli. En douze années à la tête du CIO, ce chirurgien de formation a dû faire preuve d'une grande diplomatie pour opérer à la fois un grand ménage interne et redorer pour l'extérieur l'image d'une institution jugée népotique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant