L'allemand Axel Springer capitule face à Google

le
0
L'allemand Axel Springer capitule face à Google
L'allemand Axel Springer capitule face à Google

Le géant allemand de l'édition Axel Springer a annoncé mercredi avoir cédé à Google dans leur conflit sur la propriété intellectuelle, capitulant devant la toute-puissance du moteur de recherche américain. Axel Springer a accordé à Google une licence pour faire figurer à nouveau gratuitement sur son moteur de recherche des extraits des articles de ses publications, et ce dès mercredi."Cela ne se fait pas de notre plein gré, mais parce qu'Axel Springer ne voit pas d'autre possibilité, au vu de la position dominante de Google et de la pression financière qui en résulte", a indiqué le groupe, éditeur entre autres de Bild, quotidien le plus lu d'Allemagne, et du journal Die Welt, acteur majeur de la presse quotidienne allemande. Axel Springer est l'un des membres les plus influents de VG Media, une coalition de quelque 200 médias allemands qui se sont réunis pour faire respecter leurs droits en matière de propriété intellectuelle, avec Google en ligne de mire. Les médias veulent être rémunérés pour l'utilisation faite par Google dans son moteur de recherche des phrases d'attaque de leurs articles ("snippets") et de leurs photos comme miniatures ("thumbnails"). - Baisse de 80% - VG Media a déposé une requête en juin auprès d'une cellule d'arbitrage dédiée rattachée au tribunal régional de Munich (sud) contre Google et d'autres moteurs de recherche. Le bras de fer a aussi été porté devant le gendarme allemand de la concurrence, qui pour le moment n'a pas ouvert d'enquête. Google a réagi en annonçant le mois dernier qu'il allait, pour les médias concernés, amputer les résultats des recherches des fameux "snippets". Cette décision est entrée en vigueur le 23 octobre. Mais depuis cette date, Axel Springer a enregistré une baisse de 40% du trafic généré par les moteurs de recherche sur les sites welt.de, computerbild.de, sportbild.de et autobild.de, ses vaisseaux amiraux. Le trafic ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant