L'Allemagne se dote d'un parti eurosceptique

le
0
Populiste « bon teint », l'AFD réclame le retour du deutschemark, porté par le sentiment que Berlin a trop payé pour les autres.

La classe politique berlinoise est gagnée par la fébrilité à l'approche d'un événement politique qui pourrait changer la donne aux élections législatives du 22 septembre. Le nouveau parti anti-euro, Alternative für Deutschland (AFD, Alternative pour l'Allemagne) tiendra ce dimanche son congrès fondateur. Suscitant une grande curiosité outre-Rhin, le mouvement gagne du terrain à une vitesse record, s'engouffrant dans un vide identifié depuis plusieurs années par les politologues: l'absence, sur l'échiquier allemand, d'un parti ouvertement euro­sceptique caressant dans le sens du poil le populisme germanique.

Une soixantaine de journalistes et 1500 adhérents assisteront le 14 avril au congrès visant à élire ses dirigeants et ses candidats pour les législatives de septembre. Contrairement aux autres partis eurosceptiques en Europe...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant