L'Allemagne refuse à la Grèce un délai budgétaire supplémentaire

le
0
    BERLIN, 6 mars (Reuters) - Le gouvernement allemand a rejeté 
dimanche les appels lancés en faveur de l'octroi à la Grèce d'un 
délai supplémentaire pour atteindre ses objectifs budgétaires 
afin de prendre en compte les contraintes liées à l'afflux de 
réfugiés et de migrants sur son sol. 
    Les restrictions à la circulation transfrontalière décidées 
par plusieurs pays européens ces derniers mois ont eu pour 
conséquence une forte augmentation du nombre de réfugiés et 
migrants qui restent en Grèce, un fardeau de plus pour le pays 
au moment où il doit mettre en oeuvre les conditions fixées par 
le troisième plan d'aide financière internationale négocié l'an 
dernier avec ses créanciers. 
    "Il ne faut pas mélanger le problème des réfugiés et le plan 
d'aide à la Grèce", a déclaré dimanche à Reuters un porte-parole 
de Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, en 
réaction à la proposition du président du Parlement européen, 
Martin Schulz, d'accorder plus de temps à Athènes pour résoudre 
ses difficultés budgétaires.  
    L'idée a également été rejetée par Manfred Weber, le chef de 
file du Parti populaire européen (PPE), principal groupe du 
Parlement européen.  
    "Quiconque cherche à diluer la politique de stabilisation 
(budgétaire) européenne dans la crise des migrants joue avec le 
feu", a dit Manfred Weber à plusieurs quotidiens régionaux 
allemands. "Les règles européennes en matière de dette ne 
doivent pas être affaiblies. Et cela s'applique aussi aux 
conditions des réformes en Grèce." 
    Martin Schulz, social-démocrate, argue du fait que la crise 
des migrants et réfugiés affecte davantage la Grèce que d'autres 
pays de l'Union en raison de la situation géographique du pays, 
ce qui se traduit par des difficultés budgétaires.  
    "En conséquence, nous devons faire preuve de plus de 
flexibilité en matière d'application des critères de déficit", 
a-t-il dit.  
    La chancelière allemande, Angela Merkel, a appelé samedi la 
Grèce à mettre en place rapidement les hébergements nécessaires 
aux quelque 50.000 réfugiés qui se trouvent sur son territoire, 
en ajoutant que l'Union européenne "doit et va soutenir la Grèce 
en signe de solidarité".   
    Les ministres des Finances de la zone euro se réunissent 
lundi à Bruxelles et la mise en oeuvre du plan d'aide à la Grèce 
devrait être le principal sujet de leurs discussions, les 
négociations entre Athènes et ses créanciers semblant caler sur 
plusieurs sujets, dont la réforme des retraites.   
     
 
 (Michael Nienaber; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux