L'Allemagne prête à envoyer environ 650 soldats au Mali

le , mis à jour à 14:26
0
 (Actualisé avec porte-parole du gouvernement français) 
    BERLIN, 25 novembre (Reuters) - L'Allemagne est prête à 
envoyer jusqu'à 650 militaires au Mali afin de renforcer le 
contingent de casques bleus de l'Onu et d'aider les forces 
françaises présentes dans ce pays, a annoncé mercredi la 
ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen. 
    "Nous allons sous peu demander au parlement d'approuver un 
mandat pour environ 650 soldats", a-t-elle dit à l'issue d'une 
réunion de la commission défense du Bundestag, la chambre basse 
du parlement fédéral. 
    L'Allemagne, a-t-elle dit également, compte accroître le 
nombre de ses militaires qui forment les "peshmergas" 
(combattants kurdes) dans le nord de l'Irak. Le contingent 
allemand passerait de 100 à 150 hommes. 
    L'envoi de militaires au Mali a été salué par le 
porte-parole du gouvernement français. 
    "C'est une manière de montrer que l'Allemagne est là, 
qu'elle est aux côtés de la France et qu'elle s'engage en 
particulier à soutenir l'action de la France au Mali. C'est très 
important", a dit Stéphane Le Foll lors du compte rendu du 
conseil des ministres. 
    Le soutien de l'Allemagne à la France, qui a accentué ses 
opérations militaires depuis les attentats du 13 novembre, sera 
l'un des principaux sujets abordés par le président français, 
François Hollande, et la chancelière allemande, Angela Merkel, 
lors de leur dîner ce mercredi à Paris, a-t-il ajouté. 
    A la suite des attentats, la France a demandé - et obtenu - 
le soutien de ses partenaires européens dans sa lutte contre le 
terrorisme en vertu de l'article 42.7 du traité de Lisbonne.  
    Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian avait 
précisé à cette occasion que l'aide européenne pourrait se 
traduire par un soutien accru en Syrie, en Irak et en Afrique où 
la France est engagée militairement.  
    Le nord du Mali est tombé en 2012 sous le contrôle de 
groupes djihadistes dont la majorité a été chassée par 
l'intervention militaire française en janvier 2013 mais la 
situation sécuritaire reste précaire.  
    Vingt-deux personnes, dont les deux assaillants, ont été 
tuées la semaine dernière lors de l'attaque menée contre l'hôtel 
Radisson Blu à Bamako, revendiquée entre autres par les groupes 
islamiques al Mourabitoune et Al Qaïda au Maghreb islamique 
(Aqmi).  
    Un millier de soldats français sont toujours déployés au 
Mali dans le cadre de l'opération antiterroriste Barkhane, de la 
mission européenne EUTM et de la mission de l'Onu, la Minusma, 
qui compte 9.000 soldats.  
 
 (Sabine Siebold, avec Marine Pennetier et Jean-Baptiste Vey à 
Paris, Eric Faye pour le service français, édité par Yves 
Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant