L'Allemagne lâche encore des points.

le
0
L'Allemagne lâche encore des points.
L'Allemagne lâche encore des points.

En manque d'inspiration et de leaders, l'Allemagne a été accrochée par l'Irlande, chez elle (1-1). Kroos, seul joueur au-dessus du lot, avait donné l'avantage aux siens, mais O'Shea a égalisé sur le dernier ballon.

  • Allemagne/Irlande : 1-1 Buts : Kroos (71è) pour l'Allemagne ; O'Shea (93è) pour l'Irlande

    Depuis son quatrième sacre, l'Allemagne se cherche. Ou plutôt cherche ses héros. Klose et Lahm ne sont plus là. Ozil, Khedira, Reus et Schweinsteiger sont à l'infirmerie. Ça fait beaucoup. Face à de telles pertes, et après une historique défaite en Pologne, la bande à Low avait besoin d'un homme capable de prendre la situation en main. Cet homme, c'était Toni Kroos. A la Veltins-Arena de Gelsenkirchen, la recrue du Real Madrid a été le seul à inquiéter la vaillante Irlande. Son but, superbe, après tant de tentatives, aurait dû être celui de la victoire pour l'Allemagne. Mais au bout du temps additionnel, O'Shea, en bon capitaine, est allé offrir un nul inespéré aux siens (1-1). Et la première place de ce groupe D avec la Pologne. Les champions du monde sont au ralentis. Vivement le retour de ses hommes forts.
    Des étoiles sans brillant
    Une fois passée les hymnes et la présentation quatre étoiles un peu pompeuse, l'Allemagne, revancharde, se rue à l'attaque. La preuve, la demi-volée sur la barre de Durm, l'arrière-gauche de Dortmund, dès la cinquième minute de jeu. Faute de mieux, les latéraux sont les plus dangereux côté local : Rudiger élève son mètre 91 dans la surface, mais en pur défenseur, il vise le poteau de corner plutôt que le but. Avec ses dix « Anglais » et captain Robbie Keane, l'Irlande attend les champions du monde (ou ce qu'il en reste) avec deux rideaux verts positionnés très bas. Deux lignes de quatre que la Nantionalmannschaft n'arrive pas à franchir, ce qui oblige Kroos à envoyer des pétards de 35 mètres. Qui n'atteignent pas leur cible. Sans aucune ambition offensive mais avec beaucoup de coeur et des milliers de fans derrière leur but, les rouquins tiennent le coup sans trop de sueurs froides. Pourtant dans son jardin, Draxler n'apparaît pas sur l'aile gauche. Encore une fois, le maigre danger vient d'un homme du secteur défensif : coup franc de Kroos, coup de caboche de Ginter, toujours pas cadré. La dernière tentative du premier acte est pour Draxler, mais pas de quoi rassurer son sélectionneur, qui envoie illico Podolski à l'échauffement.
    O'Shea au bout du bout
    Pour faire de la place à l'attaquant Gunner, le sacrifié de...





  • ...

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant